Angoulême Sorcier Index du Forum
Angoulême Sorcier
Forum rpg contemporain et fantastique.
 
Angoulême Sorcier Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Meute de loups ::

 
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Angoulême Sorcier Index du Forum -> Rue du Hâ -> L'Hôtel de Ville
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Nelig Croupdebouc
Adulte

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2008
Messages: 53
Rôle: Commerçante
Féminin
Âge: +ou- 40 ans
Focus: bois de cerisier et plume d'hyppogriffe
FICHE: URL

MessagePosté le: Sam 3 Juil - 23:42 (2010)    Sujet du message: Meute de loups Répondre en citant

(hj : On vient de LA)
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.


Meute de Loups


Nelig avait travaillé toute la nuit ou presque au dessus de sa lampe à huile, le visage baigné par la lueur sale qu'elle dégageait dans la cave obscure de La Baguette d'Or. Elle vidait sa bouteille régulièrement dans son verre. Un halo de fumée de tabac brun et les gestes lents et précis de la baguetière donnaient à la scène des allures inquiétantes.

Elle avait fini par sombrer dans un sommeil imbibé, directement sur sa table que, d'un derniers geste conscient, elle avait débarrassé avant de s'y effondrer.

La nuit avait été calme. La chose n'avait pas essayé de retenter une invasion de la maison. Et c'est seulement tard dans la matinée qu'elle ouvrit l'oeil, lourd et blette.

Elle prit son porte cigarette terminé par un mégot et le ralluma, toussa, refuma avant d'enfin se lever de sa chaise. Elle s'étira de toute sa hauteur, sa main libre se tenant le dos, ponctué par une affreuse grimace. Elle se dirigea vers un placard et l'ouvrit. Deux boites vides se regardaient de loin qu'elle balaya de la main rageusement. Maugréant elle remonta dans sa boutique.

C'est alors qu'elle aperçu le vévé encore au sol et tout se remit en place. " - Faust ! Où es tu ?! Viens là tout de suite !" aboya t-elle sans complaisance.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Sam 3 Juil - 23:42 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Faust Mordread
enfant/adolescent

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2008
Messages: 45
Rôle: disciple de Nelig
Masculin
Âge: 12 ans
Focus: Merisier, cheveu d'ange
FICHE: URL

MessagePosté le: Dim 18 Juil - 15:19 (2010)    Sujet du message: Meute de loups Répondre en citant

Quand Faust avait ouvert les yeux, il faisait jour depuis longtemps mais impossible de dire l'heure qu'il était exactement, Nelig ne devait pas aimer les pendules. Faust s'était étiré dans son hamac. Celui d'à coté était vide. Il s'était laissé glisser au sol et avait aperçu Nelig, un ronflement étouffé par les bras qui lui servaient d'oreiller, toujours assise à sa vieille chaise empaillée.

Silencieusement, il avait fouillé un peu les placards, retenant de justesse une tasse ébréchée qui y était rangée en équilibre, pour ne rien trouver d'intéressant, si ce n'était toutes sortes de bocaux, de bouteilles, de boites remplis de choses étranges.

Il était remonté alors par la trappe dans la boutique obscure et avait ouvert le panier. Nelig n'avait pas l'air d'avoir touché à son dîner. Il en ponctionna une partie, la mangea... Mais ayant encore faim ensuite, il ne put résister à finir le panier.

Il le repoussa enfin et rangea ses restes. Sa conscience pesait lourd. Nelig n'aurait rien, elle, à manger. Il hésita à prendre un peu de monnaie dans la caisse comme sa maîtresse avait fait la veille et sortir acheter de quoi faire un petit déjeuner, mais entre le fait qu'il ignorait comment Nelig prendrait cette liberté, ce qu'elle aimait le matin et le monstre à l'extérieur... Il repoussa l'idée...

Son sentiment de culpabilité et son indécision augmentèrent son impression d'ennui : Il ne savait pas quoi faire... Du coup, retrouvant le plumeau et le linge sale de la veille, il retourna dans les rayon pour poursuivre son ménage.

Il avait presque fini le dernier rayon quand la voix de la femme résonna peu aimable. L'idée du panier vide le saisit d'un coup, et c'est terrifié qu'il se montra enfin.
______________________
Moi aussi je suis un sorcier^^
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Nelig Croupdebouc
Adulte

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2008
Messages: 53
Rôle: Commerçante
Féminin
Âge: +ou- 40 ans
Focus: bois de cerisier et plume d'hyppogriffe
FICHE: URL

MessagePosté le: Dim 1 Aoû - 16:22 (2010)    Sujet du message: Meute de loups Répondre en citant

Le gamin apparut de l'arrière boutique. que faisait il là ? Nelig se le demanda une seconde. Il avait la mine contrite. Pourquoi ? Quelle bêtise avait il encore faite ? Encore, encore... Non, Faust n'était pas là depuis assez longtemps pour mériter cet adverbe mais l'humeur grincheuse de la femme aimait à exagérer le sombre de sa vie.

" - Quoi ?!" aboya t-elle excédée par cet air coupable et les petits souliers dans lesquels il se présentait à elle. " - Qu'est ce que t'as ? encore ?"

Au moins voyait elle bien le haut de son crâne. son bricolage de la nuit avait tenu mais le mal était toujours là. Devait on réellement perdre son temps à papoter sur les bêtises d'un gosse ? Nelig n'attendit même pas sa réponse et haussa les épaules. " - Allez ! On y va ! J'ai pas que ça à faire !"

Et tournant le dos au garçon, elle décrocha une vieille cape élimée mais qui, curieusement avait l'air d'être aussi douce et chaude qu'elle avait l'air usée, la passa autour de ses épaules et le dos courbé sortit de la boutique.

Elle attendit que Faust en fasse autant et ferma la porte à clef. " - Bon, j't'emmène voir des gens un peu... différents. Toi, tu te tais, tu dis bonjour, merci au revoir et c'est tout. Tâche de te tenir bien, ces gens là sont un poil susceptible sur le respect qu'on leur donne !"

Et là dessus, à grand pas, ses bottines aux pieds, elle descendit le trottoir de la rue du Hâ, en direction de l'hôtel de ville.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Faust Mordread
enfant/adolescent

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2008
Messages: 45
Rôle: disciple de Nelig
Masculin
Âge: 12 ans
Focus: Merisier, cheveu d'ange
FICHE: URL

MessagePosté le: Sam 7 Aoû - 15:17 (2010)    Sujet du message: Meute de loups Répondre en citant

Nelig était particulièrement de mauvaise humeur, ce n'était pas de chance mais elle semblait ignorer le pillage du panier repas. Tant mieux. Son interrogatoire n'en était pas vraiment un, en plus. Elle ne demandait aucune réponse seulement pressée de s'en aller.

Dès qu'elle tourna le dos, il lui emboita le pas, arrachant du dessus d'un tonneau sa belle cape noire. Il la secoua et fit voler débris et poussière qui s'étaient déposés depuis la veille et tout comme Nelig la passa sur ses épaules. Trottinant, il passa la porte à son tour alors qu'il liait les lanières du vêtement. Bondissant, il freina juste à coté de la femme qui lui donnait des indications. Sa bêtise était loin à présent. Les yeux grands ouverts, il écoutait la femme comme si elle lui avait raconté une histoire extraordinaire, ce qui n'était pas loin d'être le cas, d'ailleurs...

Qui étaient « ces gens » chez qui ils allaient ? Ça voulait dire quoi ? « Susceptible » ? tout à ses questions, il rata le départ de Nelig et du la rattraper en courant.

La rue du Hâ était aussi vivante que possible. A cette heure là, les gens étaient en plein dans leurs occupations. Il dut s'écarter pour échapper au jet d'eau d'une bassine jetée en pleine rue, pour laisser passer une petite charrette à bras d'un marchand des quatre saisons, un groupe de sorciers qui devisant ne le virent pas arriver, et courant, il devait sans cesse rattraper sa maîtresse qui avançait rapidement.

La rue du Hâ, il ne la connaissait pas bien. C'était une petite ville sorcière mourante, aux nombreux commerces fermés, et bizarrement bien peuplée de gens de passage tout comme d'habitant. Par rapport au monde extérieur, il y avait ici, comme un décalage dans le temps : On se serait cru un siècle en arrière avec ses lampadaires à gaz, ses robes à crinolines, ses chapeaux haut-de-forme et ses voitures à chevaux. Faust regardait de ses grands yeux bien ouverts. Quel spectacle ! Il ne s'y faisait toujours pas !

Et puis, il bouscula Nelig qui s'était arrêtée : Ils étaient arrivés. Devant eux, le lourd bâtiment aux pierres étroites et rouges s'élevait avec ses nombreux détails architecturaux, ses vitraux, ses fleurs entretenues... Ils étaient devant l'hôtel de Ville, centre névralgique de tout Angoulême Sorcier. Faust en ouvrit la bouche de stupéfaction : Jamais il n'était venu jusque là. Que venaient ils faire là ?
______________________
Moi aussi je suis un sorcier^^
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Nelig Croupdebouc
Adulte

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2008
Messages: 53
Rôle: Commerçante
Féminin
Âge: +ou- 40 ans
Focus: bois de cerisier et plume d'hyppogriffe
FICHE: URL

MessagePosté le: Lun 9 Aoû - 21:19 (2010)    Sujet du message: Meute de loups Répondre en citant

Nelig, elle avançait le visage fermé, l'oeil fixé sur sa destination, faisant abstraction des distractions de la rue. Faust la suivait, elle le sentait derrière elle sans même se retourner. Droite et raide l'impressionnante commerçante n'avait aucun mal pour se frayer son chemin parmi l'agitation qui régnait là. Tous s'écartait devant elle avec, pour certains, des airs inquiets. Nelig inspirait la peur. Sa cape trainait à terre, ses bottines y apparaissaient de temps en temps entre les plis dansants du tissu sans teint. Si grise, que sa silhouette en était fantomatique, avec son bandeau noir et ses cheveux raides, on l'aurait cru tout droit sortie du tombeau.

Enfin, l'épreuve de la foule était passée. Non pas que Nelig n'aima pas les gens. C'est eux qui ne l'aimaient pas et elle détestait sentir leur regard hostile ou terrifié sur elle. Devant elle... " - Ouf !" s'exclama t-elle tandis que Faust lui rentrait dedans. " - Peux pas faire attention ? Non ?" le réprimanda t-elle d'une voix plus basse qu'à l'ordinaire comme si elle craignait d'attirer une attention qui déjà s'était posée sur elle.

Elle se tut, regardant de son oeil unique les badauds qui s'étaient arrêtés pour la dévisager et qui, sous son regard, reprenaient vite leur route comme si de rien n'était... " - Entrons." souffla t-elle toujours doucement. Elle se détourna de Faust et escalada calmement les marches. Elle poussa alors la porte de bois aux gros clous vernis et un vent froid l'accueillit. Il ne faisait pourtant pas bien chaud dans la rue du Hâ, mais le bâtiment, lui, charriait un air humide et glacial de vieilles pierres. Elle pénétra dans un couloir sombre et large, éclairé par des vitraux qui lui donnait des couleurs un peu magiques. Ses bottines claquèrent sur de larges carreaux aux teintes brunes et se dirigea vers un bureau tenu par deux femmes qui, semblait il, avaient autre chose à faire que de leur souhaiter la bienvenue.

" - Bonjour." dit Nelig d'un ton gris. " - Je souhaite rencontrer quelqu'un des gardiens du coeur, s'il vous plait." Le ton monocorde et lent qu'elle employait alors balayait tous ses efforts pour sembler aimable. Mais, au moins, avait elle été polie !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Il était une fois
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2008
Messages: 50
Rôle: Narrateur

MessagePosté le: Mar 10 Aoû - 13:09 (2010)    Sujet du message: Meute de loups Répondre en citant

Derrière leur comptoir plus haut que leur tête pour permettre aux visiteurs, debouts, d'avoir une surface plane où écrire à leur niveau, les secrétaires de l'Hôtel de Ville sont bien protégées des regards indiscrets tandis que gravement elles devisent de choses importantes :

" - Non mais tu te rends compte ? Un canapé à 3000 piastres ! Ici, ça ferait dans les 15 000 Mihls ! Tout de même c'est une somme !

- Et il a rien dit ?

- Penses tu ! Il fait le bon toutou à sa mémère ! Hein ! De toute façon, dès leur mariage c'était déjà le cas, hein ? Il lui passe tout ses caprices ! Et le pire c'est que le canapé, il jure dans leur salon de style..."

Jusqu'à ce que la voix grave de Nelig ne les interrompe :

" - Oui ! Oui ! Une minute quoi !" répliqua la première d'un ton excédé.

" - Les gens n'ont plus aucune éducation ! Vous ne voyez pas que vous interrompez une conversation ? Non ? Ah mais je vous jure !

- Penses tu ! Tout le monde ne pense plus qu'à soit aujourd'hui ! Bon, bon, ça va ! Vous avez qu'à aller dans la salle du Coeur ! Là ! Vous trouverez bien celui que vous voulez voir ! Rhô ! Nan mais j'vous jure !"

Et de repartir dans leur conversation sur les us et coutumes des gens d'Angoulême Sorcier...
______________________
...il y a fort longtemps, c'était hier...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Nelig Croupdebouc
Adulte

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2008
Messages: 53
Rôle: Commerçante
Féminin
Âge: +ou- 40 ans
Focus: bois de cerisier et plume d'hyppogriffe
FICHE: URL

MessagePosté le: Lun 16 Aoû - 13:01 (2010)    Sujet du message: Meute de loups Répondre en citant

Nelig avait reculé d'un pas sous la harangue de la femme. Mais son allure inquiétante avait finalement convaincue celle ci de lui donner le renseignement voulue mais avec un tel culot, l'air de rien, que la commerçante en resta plutôt bouche bée, un sourcil levé par la surprise, l'autre, caché sous le bandeau dans une position moins magnanime.

Sans un mot, se reprenant rapidement, elle était passée très droite à coté des secrétaire et avait ouvert la porte vers le Coeur. Cela donnait sur une grande balustrade circulaire, faisant le tour de l'immense salle. Dès la porte ouverte, la lueur multicolore du coeur lui avait fait plissé l'oeil. Eclatant, rayonnant de mille feux, il partait du centre de la pièce, en bas pour traverser le dôme en une colonne d'énergie magique pure.

Habituée à ce spectacle, elle avança enfin, se tournant pour attendre le petit et referma la porte derrière elle. Elle sentait tous les pores de sa peau imbibés par les effluves magiques du Coeur. Depuis la balustrade, de nombreuses portes s'ouvraient sur les département administratifs de la ville, alors que trois escaliers, également répartis descendaient vers la fosse.

La fosse, vingt mètres plus bas, était recouverte d'immenses arabesques de carreaux de couleurs crèmes et rouges foncés et faisaient un cercle au sol autour de la source. Le spectacle était unique et prenant. Si bien que Nelig descendit les marches, l'oeil fixé sur la colonne mouvante qui finissait par devenir blanche à force d'attention, comme si les yeux finissaient par dépit, par abandonner ses couleurs miroitantes pour cette couleur englobant toutes les autres.

Autour du cercle, il y avaient des gens. Des hommes des femmes, positionnés tout autour mais très décontractés. Ils passaient leur vie autour du coeur à le garder. Ils s'occupaient comme ils pouvaient : Jeux de cartes, de dés, lecture... Mais tous levèrent le nez vers les deux arrivants, les yeux chargés de méfiance, laissant de coté leurs occupations avec la plus grande indifférence. Pour la première fois depuis bien longtemps, Nelig se sentait petite fille, presque timide sous leurs regards insistants. Et quel silence : Pas un ne parlaient, plus aucun ne bougeaient sinon pour suivre leur progression jusqu'à eux.

Quand elle fut à proximité de l'un d'eux, elle se racla la gorge pour retrouver sa voix. Le coeur émettait un son sourd presque inaudible mais rendant l'air vrombissant. La voix humaine semblait du coup écrasée par ces vibrations et il fallait parler plus fort, hausser la voix. Nelig du s'y prendre à deux fois. La première fois ce fut comme si les sons étaient restés devant sa bouche pour s'écraser au sol. A part elle, personne ne l'entendit. La seconde fois, forçant sur ses cordes vocales, elle eut l'impression de hurler :

" - .... "
" - ... Je disais que j'avais besoin d'aide !"
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Faust Mordread
enfant/adolescent

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2008
Messages: 45
Rôle: disciple de Nelig
Masculin
Âge: 12 ans
Focus: Merisier, cheveu d'ange
FICHE: URL

MessagePosté le: Mar 17 Aoû - 12:54 (2010)    Sujet du message: Meute de loups Répondre en citant

Nelig ne l'avait pas reçu très sympathiquement. Il la regarda monter les marches de l'édifice en maugréant. Pourquoi était elle de si mauvaise humeur ? D'habitude, elle était râleuse, c'est vrai, mais pas à ce point. Faust regarda autour de lui. Rien ne lui inspira une réponse et il courut pour la rattraper. Il rattrapa aussi la porte cloutée avec les deux mains en soufflant sous l'effort. Elle était lourde cette porte ! Et à l'intérieur, il faisait plus sombre tout à coup. Ses yeux mirent un certain temps à s'adapter à la pénombre colorée des vitraux et vit sa maîtresse à quelques pas qui demandait son chemin.

Les femmes cachées derrière le comptoir, qu'il ne pouvait distinguer mais qu'il entendait piailler lui répondirent avec une audace qu'il n'eut pas cru possible envers Nelig. Ce devait être des harpies, ces oiseaux femmes aux langues de vipère. Il se les imaginait comme ça, en tout cas, jusqu'à ce que, suivant toujours la grande femme grise, il passe à coté et les vit. Elles avaient pourtant l'air normal. Surpris, son pas s'était ralenti alors que Nelig l'attendait à la porte, lui tenant cette fois. Elle était baignée par une lumière magnifique, multicolore. Faust s'avança en soufflant un petit " - Waouh... " impressionné. Mais il n'était pas au bout de ses surprises ! Passant enfin sur le balcon, la grande colonne d'énergie magique le stoppa net ! Jamais il n'avait rien vu de pareil : C'était si grand, si beau ! Lui aussi sentait de petits picottement sur sa peau et il semblait flotter un peu, les oreilles dans un bocal de vibrations insonores. La bouche ouverte, il ne pouvait quitter la lumière des yeux et descendait les marches derrière la grande femme borgne. Il s'arrêta à ses cotés, la tête levé vers le dôme et le haut de la colonne lumineuse, il ne voyait qu'à peine les gardiens autour d'eux.
______________________
Moi aussi je suis un sorcier^^
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Il était une fois
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2008
Messages: 50
Rôle: Narrateur

MessagePosté le: Sam 21 Aoû - 00:30 (2010)    Sujet du message: Meute de loups Répondre en citant

Dès que la porte s'était ouverte, la douzaine de personnes présentes autour du coeur s'était tournées vers elle. Non pas qu'ils aient entendu quelque chose, mais leur flair naturel de par leur état leur avait révélé l'intrus. Tendu, ils avaient suivi la progression de la borgne et du garçon. Ils les connaissaient plus ou moins de vu : Des habitants d'Angoulême Sorcier. Quoiqu'ils n'avaient pas vu Faust depuis un certain temps.

Mais ce n'était pas par joie des retrouvailles qu'ils s'étaient tous approchés, jusqu'à les cerner de toutes parts. Quelques uns d'entre eux avaient même amorcé une métamorphose partielle, les sens affolés par une odeur qui les dérangeait, qui leur annonçait l'abomination qui s'approchait de leur Coeur sacré, leur cairn. Leur humeur s'en ressentait. Ils auraient eu envie de le bouffer ce gosse souillé. Mais le Clan du Cairn savait se contrôler. Et avant même qu'ils aient entendu la requête de la femme, ils savaient ce qu'il fallait faire.

Ils ne bougeaient cependant pas, les empêchant, c'était flagrant, d'aller plus loin. L'atmosphère s'était encore tendue et plus le temps passait, plus le silence vibrant s'appesantissait. On ne répondait pas. Personne n'ouvrait la bouche. On attendait. Quoi ? L'un d'eux s'était faufilé discrètement vers la sortie à l'insu des deux arrivants. Et tandis qu'ils veillaient d'un oeil hostile sur le garçon, l'échappé était parti quémander un membre de leur clan un peu particulier.

Quelques minutes interminables plus tard, ils revenaient : Le gardien et le chamane. D'un commun accord qu'aucun signe n'avait laissé présagé, ils s'écartèrent et laissèrent passer l'homme qui marchait d'un pas calme. Celui ci regarda Faust et cria à son tour d'une grosse voix grave :
" - Penche toi, mon garçon... "

Trop petit pour bien voir le haut de la tête de l'adolescent, il l'encouragea d'un petit signe de tête pour le mettre en confiance. Il sentait l'horreur lui aussi, et la magie pratiquée pour endiguer sans éliminer le mal. Il voulait voir de plus près mais connaissait déjà plus ou moins le pronostic. Et ce pronostic ne lui faisait pas plaisir car cela signifiait qu'une chose : Une créature des limbes était belle et bien à l'origine des disparitions la nuit, dans les rues d'Angoulême Sorcier. Et si le clan était largement apte à lui faire la chasse c'était laisser le coeur sans protection. L'heure était grave et le dilemme certain...
______________________
...il y a fort longtemps, c'était hier...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Faust Mordread
enfant/adolescent

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2008
Messages: 45
Rôle: disciple de Nelig
Masculin
Âge: 12 ans
Focus: Merisier, cheveu d'ange
FICHE: URL

MessagePosté le: Lun 23 Aoû - 00:24 (2010)    Sujet du message: Meute de loups Répondre en citant

Faust frissonna. Pourquoi ils étaient tous autour d'eux, tout à coup, à les coller comme des sangsues ? Il se sentait de plus en plus mal à l'aise, tant et si bien qu'il en avait oublié le coeur. Son regard allait de l'un à l'autre, butait sur des regards hostiles et silencieux. Sa tête et ses yeux ne cessaient de bouger comme pour chercher une issue à ce labyrinthe humain. Tout naturellement, il s'était rapproché de Nelig et s'était collé à elle. Elle pourrait dire ce qu'elle voulait, sa plus mauvaise humeur lui semblait soudain plus accueillante que n'importe lequel de ces types !

Et puis, il leur en fallait du temps pour décider qui ils attaqueraient en premier, de son maître ou de lui ! Un temps... Un temps... Si bien qu'il arrivait même à réfléchir sous la peur qu'ils lui inspiraient. Il se disait que si Perdith se montrait, toutes dents dehors, ils oseraient peut-être moins les coller ! Mais appeler Perdith à l'aide n'était pas tâche facile, et pour tout dire, la dernière fois qu'il avait essayé... Il s'était endormi ! Quant à être détendu au milieu de ces excités... Facile à dire !

Sa baguette ! Il avait sa baguette sur lui ! Il allait la tirer de sa manche. Que connaissait il comme sort : Un sort de chatouillis... Voilà qui détendrait l'atmosphère pensa t-il sarcastique, un sort de lévitation... Et un sort d'entrave. Le temps qu'il fasse quoi que ce soit, ils seraient morts, songeait il en se mordillant les lèvres. Il leva la tête et regarda la grande femme : Pourquoi ne faisait elle rien ? Pourquoi ne les chassait elle pas comme elle avait repoussé l'affreuse chose qui l'avait agressé hier soir ?

Reposant ses yeux sur leurs geoliers, il se rendit alors compte que certains étaient... très poilus, genre même canin, avec les oreilles et les crocs, tout ça ! Il ouvrit la bouche de terreur en se rendant compte que personne à part lui ne semblait surpris d'une telle "pilosité", mais, alors qu'il allait crier, la marée hum... euh de loup-garous s'écarta pour laisser passer un petit homme. Lui aussi n'avait pas l'air ravi mais le garçon l'accueillit comme un sauveur : Il avait le pouvoir de faire reculer les monstres !

Il obéit donc sur le champ au nouveau venu en se demandant bien ce qu'ils avaient tous à en vouloir au dessus de sa tête et se laissa faire.
______________________
Moi aussi je suis un sorcier^^
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Il était une fois
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2008
Messages: 50
Rôle: Narrateur

MessagePosté le: Mer 25 Aoû - 10:52 (2010)    Sujet du message: Meute de loups Répondre en citant

Les loups approuvaient l'attitude du garçon : Il obéissait à leur chamane, haute personnalité de leur clan, c'était bien. Un grognement approbatif parcourut leurs rangs. Le petit homme courbés par le poids des années ne s'en préoccupa pas d'avantage : Il était blasé de leurs attitudes claniques, comme un seul homme même s'il appréciait en même temps cette atmosphère de ruche.

Il posa ses vieux doigts noueux sur la chevelure d'ébène du garçon et fouilla ses cheveux. La tâche noire lui teintait le cuir chevelu mais était consignée par un sortilège qui lui était inconnu. Seule sa présence lui paraissait flagrante. Il sentait la réalité modifiée sous ses doigts et voyait bien que la tâche ne se répandait pas malgré sa gravité. Il eut une moue dubitative. Qui avait fait ça ? Lui en aurait été capable aussi mais différemment, c'était certain. Mais surtout, et là reposait son diagnostic peu encourageant, il n'aurait pas put faire mieux !

" - Je suis désolé, mon garçon... Je ne peux rien faire pour toi pour l'instant. Sans la créature à l'origine de ton mal, je ne peux le combattre. Et mes petits... " oui c'était ainsi qu'il appelait le clan du Cairn, "... mes petits ne peuvent laisser le Coeur à la merci d'une telle créature pour aller la chasser. Je ne sais quoi te dire..."

Pourtant, il existait peut-être une solution meilleure que de contenir le mal, une solution pour au moins le faire disparaître si ce n'était le supprimer vraiment. Il n'était pas bon de ne pas avoir l'usage d'une partie de son corps, même aussi infime...

Le vieil homme laissa le garçon se redresser tandis que ses vieux bras noueux retombaient le long de son corps.

" - Va voir le bijoutier Rangromd, peut-être qu'il pourra te soigner au moins un temps... Le temps qu'on m'apporte cette créature... "

Là dessus, il tapota la joue du gamin et s'en retourna sous le regard respectueux du clan. Ceux ci attendirent que leur chamane ait disparu avant de s'écarter à leur tour. Quand ce fut fait, l'un d'eux cria pour surpasser le bruit de la source magique : " - Partez maintenant !" Il n'avait rien d'aimable et les autres non plus n'avaient pas la moindre envie de discuter avec ces deux sorciers qui risquaient par leur simple présence de souiller même qu'un peu leur source adorée...
______________________
...il y a fort longtemps, c'était hier...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Nelig Croupdebouc
Adulte

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2008
Messages: 53
Rôle: Commerçante
Féminin
Âge: +ou- 40 ans
Focus: bois de cerisier et plume d'hyppogriffe
FICHE: URL

MessagePosté le: Jeu 2 Sep - 13:21 (2010)    Sujet du message: Meute de loups Répondre en citant

Nelig n'avait rien fait, non. Elle connaissait les manières rustres et brutales du Clan du Cairn et leur pacte de protéger le Coeur dans la paix avec les habitants d'Angoulême-Sorcier. Alors, ils eurent beau se montrer menaçants, ils n'eurent droit qu'à une grimace de la grande femme grise. Elle sentit Faust se serrer contre elle. Il tremblait le pauvre. Elle eut une pensée pour lui mais elle ne dura pas : Il ne risquait rien !

Enfin le chamane leur fit l'honneur de se montrer. Pas trop tôt ! C'est qu'il se faisait désirer celui là ! Et tout ça pour quoi ? Pour lui annoncer qu'il ne pouvait rien faire. Pire ! Il leur confirma la présence d'une créature des limbes dans les rues d'Angoulême-Sorcier mais que le Clan ne ferait rien ! Pourtant, ce n'était pas leur rôle de combattre ce genre de bestioles ? *Pfff ! Quelle bande de feignasses !* En plus de ça, il voulait qu'ils aillent voir ce flibustier de Rangromd ! Ce pirate ! Ce charlatan !

" - Hors de question !" marmonna t-elle sans que personne ne l'entende, sa voix couverte par le vrombissement permanent de la salle. Elle parviendrait bien à maintenir cette malédiction jusqu'à ce qu'on l'attrape, le monstre !

Dès qu'on leur permit de s'en aller, elle fit demi-tour faisant un petit signe d'adieu à la bande agglutinée autour d'eux et remonta les marches.

(hj : La suite LA)
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:26 (2017)    Sujet du message: Meute de loups

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Ce sujet est verrouillé; vous ne pouvez pas éditer les messages ou faire de réponses.    Angoulême Sorcier Index du Forum -> Rue du Hâ -> L'Hôtel de Ville Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Modified by M.Minchin Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com