Angoulême Sorcier Index du Forum
Angoulême Sorcier
Forum rpg contemporain et fantastique.
 
Angoulême Sorcier Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Fin de soirée à la Scie Rose ::
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Angoulême Sorcier Index du Forum -> Rue du Hâ -> Taverne "La Scie Rose"
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Lys de Celesias
Adulte

Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2010
Messages: 10
Rôle: Aubergiste
Féminin
Âge: 35 ans
Focus: oriculaire droit, incantations
FICHE: URL

MessagePosté le: Mer 11 Aoû - 15:52 (2010)    Sujet du message: Fin de soirée à la Scie Rose Répondre en citant

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.

Quelques ivrognes finissaient leur pinte, deux jeunes femmes quittaient les lieux au bras d'un homme visiblement ravi, un homme encapuchonné vînt payer son verre. Une soirée tout à fait banale à la Scie Rose en somme. Lys était vêtue d'une robe de style victorien, coiffée d'un petit chapeau assorti et gardait aux lèvres son sourire aimable, rangeant quelques bouteilles derrière le bar. Elle jeta un coup d'oeil à la liste des clients ayant réservé une chambre ce soir là. Manque de chance, les trois ivrognes qu'elle comptait mettre dehors pour terminer sa journée sans fausse note y apparaissaient en première ligne. Des habitués depuis quelques semaines mais à bien y réfléchir elle ne les avait jamais vu traîner dans les environs avant cela. Qu'importe, il se faisait tard et il fallait encore qu'ils s'acquittent de leur ardoise. Lys fit le tour du bar et se dirigea vers leur table, un torchon à la main.

"Messieurs", commença-t-elle, calmement.
"Madame..." répondit un homme à la barbe grisonnante, levant son verre en sa direction avant de le finir d'une traite.
"La maison ne fait pas crédit, l'heure de fermeture a été dépassée il y a dix minutes et je suis certaine que vous tombez de sommeil, vos chambres sont prêtes et n'attendent plus que vous !"
"C'est qu'elle est sérieuse la petite dame !" lança le plus jeune d'entre eux avec un sourire narquois. "Venez donc prendre un dernier verre en notre compagnie !"
"Je n'y tiens pas, et si vous persistez je vais devoir vous mettre à la porte. Croyez bien que je préfererais que cela n'arrive pas mais je n'aurais guère d'autre choix."
"Je ne sais pas ce que tu en penses William ? Elle va nous mettre dehors la demoiselle ? A vue de nez je dirais qu'elle fait à peine un mètre soixante..."
Le troisième homme, qui jusqu'ici s'était abstenu de toute reflexion, posa sa main gantée sur l'épaule de son camarade. Lys remarqua une longue cicatrice qu'il avait près de l'oeil gauche.
"Allons, allons, où irions-nous dormir Ernest ? Tu ne crois pas que tu as fait assez de dégats comme ça pour aujourd'hui ?"
Il se leva et tendit une bourse à Lys, en profitant pour lui baiser la main maladroitement.
"Nous ne vous importunerons plus."

Elle fit une grimace devant ce comportement peu civilisé mais fut tout de même rassurée de les voir monter les escaliers. L'un d'entre eux manqua de tomber mais ses deux collègues l'aidèrent à gravir les dernières marches sans incident majeur. Une fois qu'elle ne les entendit plus, elle soupira de bonheur. Enfin libre ! Et pas de bagarre, pas de cris, à peine une menace. Lys se hâta de nettoyer la dernière table lorsque soudain...
L'homme encapuchonné, qu'elle avait salué quelques instants plus tôt, surgit d'un coin sombre de la pièce. Lys sursauta, elle pensait que tous les clients étaient partis, il venait de lui faire une belle frayeur !

"L'auberge est fermée, Monsieur." dit-elle en reprenant ses esprits.
"Vous pourriez avoir besoin de mon aide à l'avenir." répondit l'homme sans baisser sa capuche. Il lui tendit une carte avant de poursuivre :
"Je surveille les établissements comme le vôtre depuis des années, je prends en charge le genre d'énergumènes que vous venez de congédier sans encombre. Je travaillais pour La Taverne Sans Nom, j'ignore si vous en avez entendu parler, elle a fermé récemment."
"Pas vraiment mais je vous avouerais que je m'en sors très bien et que je ne suis pas seule ici."
Elle songeait à son compagnon, qu'elle était pressée de rejoindre, il lui semblait qu'elle ne l'avait pas vu depuis des siècles, accaparée par son travail. Cette journée ne finirait-elle donc jamais ?
"Si vous changez d'avis... faites-le moi savoir."
Il quitta l'auberge sans plus tarder, à son grand étonnement. Avec la peur qu'il lui avait faite, Lys se demanda si cet homme était quelqu'un de bien... elle en doutait sérieusement. Elle allait quitter la salle lorsqu'elle tomba sur son étui à guitare. L'appel de la musique était toujours aussi fort, malgré la fatigue. Elle ouvrit l'étui et prit dans ses mains l'instrument aux couleurs claires. Elle glissa lentement ses doigts sur les cordes. Cette fois la journée était bien terminée et le son de la guitare sonnait à ses oreilles comme autant d'apaisement.
______________________
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Mer 11 Aoû - 15:52 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Monsieur Minchin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2008
Messages: 324
Rôle: administrateur supreme
Masculin
Âge: 36 ans
Focus: baguette, élément de rituel, voix
FICHE: URL

MessagePosté le: Mer 11 Aoû - 21:58 (2010)    Sujet du message: Fin de soirée à la Scie Rose Répondre en citant

(hj :Si tu avais prévu quelque chose, j'éditerai sans problème... )

On ne dira jamais assez que Monsieur Minchin était un râleur. C'était sa nature d'être. Il trouvait toujours matière à râler. Finalement ça tenait même à de l'art. Et justement, ce soir, il trouvait que c'était plutôt difficile, mais ne perdait pas espoir de trouver de quoi médire. Pourtant, ses comptes tombaient justes. Tout avait été parfaitement bien noté et à la lueur de sa bougie, il clôturait son journal quotidien avec une aisance trop grande à son goût.

En plus, levant le nez de ses calculs, il n'aimait pas les fins de soirées. Lys devait chasser les derniers clients, manœuvre qui pouvait mal tourner, il en avait conscience. Fronçant le nez à l'idée d'une main ivre et baladeuse ou d'un agressif grossier et sans gêne, il ne pouvait s'empêcher de connecter son esprit à celui de sa douce et tendre fleur. Ses lèvres se mirent à bouger doucement et un murmure s'éleva, très bas, faisant trembloter la flamme devant lui. " - Allons, allons, petit oiseau, vole et prend ton essor, tes ailes dépliées, plane dans la pièce d'à coté. Vois vois celle pour qui mon cœur bat, vole près d'elle, là c'est ça... "

Et tandis que le murmure ronronnait sur la langue de cet homme si commun, semblait il, son esprit voyageait par imagination. Il ne voyait pas vraiment ce qu'il se passait, mais avec un sens qu'il était le seul à avoir, il sentait la présence de Lys. Il sentait son embarras sans savoir qu'elle affrontait, petite femme pleine de courage, des hommes plein de l'alcool consommé, plein de lourdeurs et suintant de lubricité ivre. Il sentait leur envie à eux aussi pour son petit pétale fragile et cela le révoltait ! Ah la voilà la révolte qu'il cherchait ! Aussitôt, il se leva de ses comptes mais mais... Mais ses sens le lui disaient : Sa compagne aux mille ressources avait réussi à renvoyer les fâcheux ! Il les sentait monter à l'étage. Il était rassuré et avait à présent un motif pour récrier cette foutue vie. Tout allait pour le mieux !

Assis, il reprit sa plume, l'esprit toujours à coté, voletant, invisible et soudain, il sursauta. Il ne l'avait pas sentit venir non plus le deuxième ! Il possédait probablement des connaissances de son propre art car il ne se montrait aux vivants que lorsqu'il en jugeait bon. Lys avait eu peur. Une peur communicative : Il avait renversé son encrier mais il s'en fichait car déjà il se précipitait à la porte, près à secourir sa chère demoiselle, tel un chevalier servant... La main sur la poignée, il hésita. Son cœur bondissait pourtant dans sa poitrine, mais Lys était calme. Elle maitrisait la situation. Elle maitrisait toujours la situation. Il secoua la tête : Un jour, son petit air têtu trouverait à qui parler et ce serait le drame...

Mais pas cette fois : L'autre avait disparu. Oui, disparu littéralement de ses sens psychiques. Benoit Minchin détestait ça. Il aimait être le seul à maitriser un tel art car il se savait inoffensif, mais les autres ? Il se rassit une nouvelle fois à sa chaise et constata les dégâts... Des comptes parfaitement faits, impeccables... A présent noyés par l'encre renversée. Quel désastre... Secouant la tête, il se réprimanda sévèrement mais silencieusement. De la salle du bar montait quelques accords doux et mélancoliques qui le rassuraient. L'Auberge de la Scie Rose était enfin fermée. Lys serait bientôt là, à ses cotés, fatiguée mais heureuse de sa journée. Il sourit en y songeant. Surement le premier vrai sourire de la journée, et il était pour elle...

Mais son sourire se crispa soudain. Un cri terrible venait de retentir à l'extérieur. Ses sens s'y dirigèrent directement pour sentir la peur, l'horreur, la douleur... Et le vide fatal d'un esprit qui s'éteint. Il avait bondit, prit le tisonnier, ouvrit la porte, descendit à toute vitesse les marches, se tourna vers Lys, le regard effaré, avant de se précipiter à la porte de l'auberge. Quand il l'ouvrit, il sentit de nouveau l'abomination le submerger. Il lui fallut des trésors de volonté pour poursuivre son geste... Dehors, quelque chose d'innommable s'éloignait ne laissant derrière lui rien d'autre que son ombre qui semblait trainer avec un train de retard dans l'obscurité de la rue.
______________________
Je travaille ! Moi !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Lys de Celesias
Adulte

Hors ligne

Inscrit le: 09 Aoû 2010
Messages: 10
Rôle: Aubergiste
Féminin
Âge: 35 ans
Focus: oriculaire droit, incantations
FICHE: URL

MessagePosté le: Jeu 12 Aoû - 18:19 (2010)    Sujet du message: Fin de soirée à la Scie Rose Répondre en citant

(hj : je n'avais rien prévu donc c'est parfait ^^)

Cette mélodie qu'elle rejouait souvent, Lys ne parvenait jamais à se rappeler où elle l'avait entendue, c'était comme si elle l'avait accompagné toute sa vie sans qu'elle ne s'en rende compte. A chaque note, un paysage semblait apparaître sous ses yeux, chaque son faisait écho en elle. Elle réfléchissait à tout un tas de projets et de rêves qu'elle voulait réaliser mais avant tout ses pensées se dirigeaient vers son amant, elle se demandait s'il avait terminé les comptes et s'il était parti se coucher, épuisé par la vue de tant de chiffres. Elle n'avait jamais été une grande mathématicienne et elle devait bien avouer qu'il lui facilitait la tâche, la Scie Rose s'en sortait beaucoup mieux financièrement depuis qu'il était à ses côtés. Elle ne s'était pourtant pas habituée à ce qu'il soit là, elle avait l'impression que ce bonheur restait fragile et qu'il pouvait décider de s'en aller d'un jour à l'autre. Lys avait bien du mal à appréhender les relations humaines en temps normal, craignant toujours de se faire de fausses idées sur l'attachement qu'ils pouvaient avoir pour elle, elle revoyait régulièrement à la baisse toutes les impressions trop lisses qui traversaient parfois son esprit. On pouvait lui répéter cent fois dans la journée combien on tenait à elle, son coeur se réchauffait et presque aussitôt elle réfreinait cet élan irrationnel. C'était là son lot, mais elle n'était pas une personne triste, aussi chassait-elle habilement les noires pensées qui la ramenaient à son enfance.
Et puis cet homme qui était entré dans sa vie, que d'autres trouvaient banal -combien ils se trompaient-, elle le chérissait plus que tout, elle n'avait pas à faire semblant quand il était là, elle pouvait être elle-même, sans se poser de questions. Si les âmes soeurs existaient, Lys pensait souvent que leur couple en serait une jolie illustration. Elle avait confiance en lui, ce qui était assez rare pour qu'elle souhaite le protéger autant que possible. Il était unique, avec son caractère aigri qui la faisait parfois rire, les efforts qu'il faisait pour tenir la boutique quand elle ne le pouvait pas... elle aimait qu'il ne fut qu'à elle, comme un trésor précieux qu'elle était la seule à pouvoir contempler. Dans les mauvais comme dans les bons moments, elle n'avait qu'à entrouvrir le coffre pour s'émerveiller de l'éclat du joyau qu'il contenait. Elle avait longtemps essayé de se persuader du contraire mais il n'y avait rien à faire, elle était amoureuse. Et elle mettait dans chacun des sourires qu'elle lui adressait un univers entier d'espoir pour qu'il n'en manque jamais.
Quelques minutes plus tard, elle rangea la guitare dans son étui et s'apprêtait à rejoindre Benoît lorsque le cri retentit. Cette fois ce n'était plus de la frayeur, c'était au delà. Presque inhumain, il lui glaça le sang et elle se mit à trembler sans savoir que faire, ni même si elle pouvait bouger. Etait-ce une agression ? S'agissait-il de l'homme qui venait de quitter l'auberge ? Avant même qu'elle n'ai fait le moindre geste, elle vit Benoît descendre les escaliers et se diriger vers la porte, armé d'un tisonnier. Que s'apprêtait-il à faire ? Elle le suivit aussitôt, esperant qu'il ne lui arriverait rien.
Lys posa ses mains sur l'épaule de son compagnon qui regardait à l'exterieur, inquiète. Tout près de son oreille, elle murmura dans un souffle à peine audible :

"Qu'est-ce que c'était ?"
Dehors le vent hurlait de façon irrégulière, le temps semblait presque arrêté, comme si une tempête se préparait. Et pourtant tout était silencieux. Elle fut bien heureuse de l'avoir à ses côtés, même si elle n'avait rien d'une peureuse, s'il y avait un danger à affronter, elle aimait mieux ne pas y faire face seule. Quelque chose semblait maintenant se mouvoir dans l'obscurité, mais de là où elle etait, Lys ne pouvait rien voir. Les clients de l'auberge étaient des habitués mais ils céderaient rapidement à la panique à la moindre alerte et prendraient certainement leurs jambes à leu cou sans hésiter une seconde. Un cri, ce n'était rien, ils en entendaient tous les soirs dans les ruelles alentours, mais ce qui s'agitait là dans l'ombre, Lys avait beau ignorer ce que cela pouvait être, mais ça n'avait rien à voir avec une rencontre ordinaire.
______________________
Revenir en haut
Monsieur Minchin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2008
Messages: 324
Rôle: administrateur supreme
Masculin
Âge: 36 ans
Focus: baguette, élément de rituel, voix
FICHE: URL

MessagePosté le: Ven 13 Aoû - 13:27 (2010)    Sujet du message: Fin de soirée à la Scie Rose Répondre en citant

Monsieur Minchin serrait les lèvres autant que le tisonnier qu'il avait pris par pur réflexe. Il se tendit une seconde en sentant les doigts de la jeune femme sur son épaule mais se détendit presque aussitôt en la reconnaissant, du moins se détendit autant qu'il était possible de l'être dans une telle situation. Et la situation était simple : Dehors, dans l'obscurité, une chose inconnue venait d'agresser et d'enlever un autre sorcier d'Angoulême ! La menace était sérieuse. L'Hôtel de Ville lui-même en parlait par petites affichettes placardées un peu partout. Personne ne savait rien à part que chaque nuit, une disparition de plus avait lieu et ce soir, elle s'était faite devant la Scie Rose.

Quant à ce qu'il fallait faire, Monsieur Minchin n'en avait pas la moindre idée ! Il avait même peur que le rai de lumière de la porte n'attire le monstre par ici et, un coup d'oeil à Lys, il n'avait pas trop envie d'affronter ça ! Il referma la porte. Encore s'il y avait eu la moindre chance que la victime fut vivante, peut-être aurait il tenté d'aller lui porter secours, mais il savait, son esprit savait que la victime s'était éteinte... Éteinte, morte, absorbée par quelque chose qui n'avait pas d'esprit, et qui glissait, disparaissait jusqu'à la nuit suivante.

Il n'avait pas répondu à Lys. que pouvait il lui répondre ? Il ne savait pas lui-même ce que c'était. Mais ses sourcils s'étaient froncés dans une position déterminée. " - Ça ne peut plus durer !" dit il d'un ton sombre. Non, certes, cela ne pouvait plus durer. Craindre de sortir la nuit de peur de tomber sur la créature, craindre que sa Lys, obligée de travailler jusqu'à minuit pouvait elle-même se retrouver nez à nez avec cette chose. Craindre même pour les clients qui, la Scie Rose pouvait en être satisfaite, osaient prendre tous les risques pour venir comme tous les soirs, passer du bon temps. Il regarda Lys : " - Il faut faire quelque chose pour la chasser !" Mais que pouvaient ils faire eux ? A moins de tous s'unir et de faire une véritable battue, se serrer les coudes et combattre... Combattre ! Encore ! Ils étaient pourtant bien tranquilles à Angoulême Sorcier ! Loin des tracas de la guerre subtile qui se jouait à l'extérieur.

Mais faire quelque chose ? Oui, Monsieur Minchin pensait sincèrement qu'il fallait réagir, mais il n'était pas homme à rassemblement ! Et puis, il aurait fallut recueillir des informations sur leur ennemi... Recueillir des informations ! Monsieur Minchin s'était redressé et recommencer à murmurer, tout contre la jeune femme. Devant elle, il ne s'en cachait pas. Elle savait pour lui comme lui connaissait ses dons : " Petite ombre parmi les ombres, frôle maisons et pavés et regarde de tes yeux si le danger est passé... " Et son esprit une nouvelle fois s'imagina la rue, tandis que ses sens eux cherchaient l'ombre d'un esprit ou d'un innommable. Comme il ne sentait rien, il osa ouvrir de nouveau la porte :

" - Il faut comprendre ce qui arrive !" dit il en sortant doucement, s'échappant de l'emprise de Lys. Il avança sous la pâle lueurs des lampadaires à gaz sales et regarda, prudent, autour de lui. Il n'y avait pas âme qui vive. Une tâche sombre attira son regard et il s'y avança, s'accroupit au sol et la toucha du bout de son tisonnier. On aurait dit du sang, bien qu'il soit noir comme de l'encre. L'obscurité n'était pour rien dans ce phénomène...
______________________
Je travaille ! Moi !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Il était une fois
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2008
Messages: 50
Rôle: Narrateur

MessagePosté le: Mar 15 Mar - 00:17 (2011)    Sujet du message: Fin de soirée à la Scie Rose Répondre en citant

Et si Minchin n'arrivait pas à sentir la chose, la chose elle sentait parfaitement les abérations qui l'entouraient. Et justement, elle se sentait faible, la bête après l'attaque de l'hötel de ville. Il lui fallait effacer ses volontés qui lui résistaient !

Elle avait fait quelques rues quand elle sentit la présence de deux sorciers qui avaient eu la folie de sortir derrière elle ! La créature se retourna, huma l'air sembla t-il et glissa silencieusement, retournant sur ses pas.

Lys n'avait pas pu laisser Minchin seul, elle était sortie juste derrière lui, serrant son châle, sa joie un instant altérée par les évènements et l'ambiance qui régnait dans la petite impasse. Elle s'était approchée et elle l'avait vu ! Elle se dirigeait droit sur eux, sur l'homme qu'elle aimait ! Folle qu'elle était, elle s'était mise en travers de son chemin et sous les yeux terrifiés de Minchin, la créature n'en fit qu'une bouchée...

______________________
...il y a fort longtemps, c'était hier...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Renaud Rabenkorf
Adulte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2011
Messages: 95
Rôle: Forgeron
Masculin
Âge: 24
Focus: Bague avec une tête de corbeau
FICHE: URL

MessagePosté le: Jeu 17 Mar - 23:10 (2011)    Sujet du message: Fin de soirée à la Scie Rose Répondre en citant

(j'arrive de LA)


Alors que Renaud était dans la rue du Hâ, il entendit un cri étrange venant de sa droite, il décida d'aller voir ce qu'il ce passe. Il se mit alors à courir, sa main droite sur le manche de sa lame encore rangée dans son étui, tout en tenant la jeune femme avec sa main gauche, pendant sa course il failli tomber plusieurs fois à cause de la fatigue, mais aussi à cause de la grosse bosse qui est douloureuse, et qui lui fait tourner la tête. A chaque intersection il sentit l'Aura de la mort de plus en plus forte et quand il arrive enfin a l'intersection entre la Rue du Hâ et l'impasse du Chat pelé l'Aura de la mort était ici, tout prêt, puis il remarqua une personne vêtue d'une cape noire à capuche, et cette personnes lui fait alors un signe amicale, en faisant une révérence. Renaud s'arrêta alors quelque seconde, en profite pour s'allumer une cigarette, tout en continuant de regarder la personne, et se dit

"Hum ?!... il me veut quoi lui ?!... Il à mal au ventre ?!"

dit-il silencieusement en Allemand, mais pas le temps de s'attarder, trop curieux Renaud décide d'entrer dans l'impasse du Chat Pelé en courant doucement pour ne pas tomber, puis quand il arrive à proximité de la Scie Rose, il remarque alors une chose immense, mais incroyablement hideuse, et la première chose qui lui vient à l'esprit, est

*Je suis sur que cette saloperie doit bien brûlé*

pensa t-il en Allemand avec un sourire incroyablement fourbe s'étirant jusqu'aux oreilles. Il prit alors son briquet et commence à l'allumer, mais manque de bol, le briquet refuse d'obéir à Renaud, et celui-ci commence s'énerver, tout en lui donnant des noms d'oiseaux de toutes espèces, il le jète par terre d'une violence interdite... Puis il remarque une flamme de bougie qui était à côté de la fenêtre d'une maison, sachant contrôler un minimum le feux il prit la flamme dans sa main, puis ferma celle-ci, qui lui brûla la paume, il courra jusqu'à l'immonde bestiole, et pendant sa course il voit, un homme tremblant, Renaud sentit une mort fraîche au même instant, il savait que quelqu'un venait de mourir il y a pas si longtemps ... Quand il arriva a côté de la créature, il se positionna entre elle et cette personne, puis lance son bras en avant, ouvre la main qui était brûlée par le feu de la petite flamme, et prit dans une folie excitante de pyromanie, Renaud fit grandir la petite flamme, en une flamme immense, comme si un Dragon crachait du feux, il ne pouvait s'arrêter, ses yeux avaient un regard d'une fourberie si monstrueuse, qu'il s'en brûla les pupilles, à regarder ses flammes si magnifique, pour lui ce spectacle était aussi beau, qu'un Phénix qui vole dans un ciel bleu éclatant juste devant un arc-en-ciel ou qu'un Corbeau volant avec grâce devant une pleine lune dans une nuit magique... Il avait complètement oublier la personne qui était derrière lui, et prit dans cette folie, il ne remarqua pas, la petite tentacule qui venait s'enrouler autour de sa jambe droite...


Dernière édition par Renaud Rabenkorf le Mar 29 Mar - 00:26 (2011); édité 2 fois
Revenir en haut
MSN
Monsieur Minchin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2008
Messages: 324
Rôle: administrateur supreme
Masculin
Âge: 36 ans
Focus: baguette, élément de rituel, voix
FICHE: URL

MessagePosté le: Ven 18 Mar - 10:57 (2011)    Sujet du message: Fin de soirée à la Scie Rose Répondre en citant

Monsieur Minchin s'était retourné et avait vu Lys se faire engloutir par la créature. Il eut l'impression de vivre un cauchemar et que tout cela était irréel. Jamais il ne pourrait, pensait il, vivre sans elle, envisager même la vie sans elle ! Pourtant sous ses yeux elle disparaissait et lui ne pouvait rien faire. Le visage décomposé, le teint plus pâle que jamais, il sentit ses jambes le lâcher. Minchin n'avait jamais été très courageux. Seul son sang froid le tirait de bien des mauvais pas, mais sûrement pas l'assurance ou la témérité.

Cette fois, pourtant, la créature avait comme absorbé son esprit avec sa douce amie. Il hurla à son tour : " - Nooooon !" ou en eut au moins l'impression car le son qui sortit de sa gorge ressembla plus à un gargouillis qu'à un véritable hurlement et il s'effondra, bel et bien lâché, cette fois par ses jambes. De toute façon, à quoi bon ? Lys n'était plus, autant que le monstre finisse sa sale besogne.

C'était sans compter sur les autres habitants d'Angoulême Sorcier ! Justement, l'un d'eux se précipitait et arrivait miraculeusement à grandir une flamme et la projeter sur la créature. Minchin regarda le spectacle de l'incendie, le regard éteint, les mains posées au sol. Pourquoi cet homme n'avait il pas déclenché son feu destructeur avant ? Avant que sa Lys, lumière de sa vie ne disparaisse à jamais dans le néant ? Pourquoi ?

Pire : L'incendiaire ne voyait que ses propres flammes, obnubilé par leur beauté magique et ne fit pas attention au reste. Et le reste, c'était une créature qui, même envahie par les flammes ne semblait pas en souffrir plus que ça. Elle se débattait un peu, mais Minchin se rendit compte qu'elle... Qu'elle jouait la comédie pour attirer justement l'attention de Renaud sur elle et non sur la tentacule qu'elle glissait sur le sol pour enlacer sa cheville.

Le résultat ne traina pas. D'un coup, elle sortit des flammes qui s'éteignirent peu à peu faute de carburant et souleva brutalement sa tentacule pour faire passer la tête de Renaud à la place de ses pieds et vice versa.

Mu par un réflexe suicidaire plus qu'intelligent, Minchin se releva et avec un grognement issu de ses tripes les plus archaïques et il se jeta sur elle avec son pied de biche, frappant la tentacule et sa propriétaire comme un dément, hurlant sa rage de toute la puissance de sa voix cette fois ! Non, elle n'aurait plus personne et elle souffrirait pour lui avoir prit l'unique bien de sa vie ! Les yeux plein de larmes, lui qui n'avait pas pleuré depuis son enfance et encore, il ne s'en souvenait même pas, il frappait, frappait, ne s'arrêtait plus.

La créature lâcha Renaud le faisant tomber au sol lourdement et reculait sous les coups du forcené, elle reculait certes, mais la barre ne lui infligeait que peu de dégâts. Seule sa condition de faiblesse l'obligeait ainsi à reculer sous les coups. Elle essayait de faire naitre de nouvelles tentacules, mais la folie faisait partie de ses possibles et elle ne pouvait rien contre et chaque fois qu'un bout d'elle s'étirait, la barre venait la frapper et lui faisait rentrer comme les antennes d'un escargot que l'on frôlerait.

Cela ne dura pourtant que quelques secondes, une éternité, avant qu'elle ne prenne la décision de fuir ce fou violent. Soudain, elle sembla se figer et glissa à une vitesse folle vers la sortie de l'impasse pour disparaître dans la nuit.

Minchin s'écroula alors, redevenu apathique. A la lumière des quelques flammèches qui avaient survécu il n'était plus que l'ombre d'un homme. Sa barre de métal tomba sur le sol dans un bruit métallique, résonnant dans le silence retrouvé de la nuit et le coeur brisé, ne souhaita plus rien, à part dormir.

Cependant, l'incendie de tout à l'heure brulait désormais dans son âme et il ne serait plus qu'instrument de vengeance. Il lui fallait du repos. Mais il se le jura : Dès le lendemain, il partirait en chasse, il la ferait souffrir, il l'éliminerait. Et après ça, il chercherait ceux qui l'avait envoyé et il les tuerait. Tous !

Sa vie n'avait été que grisaille et monotonie depuis sa plus tendre enfance. La magie ne s'était montrée à lui que sous le jour le plus gris, celui de l'utile dans son travail jusqu'au jour où il s'était arrêté à la Scie Rose. Ses souvenirs affluaient : Lys, souriante, joyeuse qui lui avait fait la conversation, nullement impressionnée par son air fermé et son absence de charme. Elle lui avait plu. La vie alors avait semblé se remplir de papillons comme ceux qu'elle faisait magiquement voler dans ses yeux par coquetterie. La vie avait pris un sens et lui, un rôle, une véritable utilité. Qu'allait il devenir sans elle ?
______________________
Je travaille ! Moi !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Renaud Rabenkorf
Adulte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2011
Messages: 95
Rôle: Forgeron
Masculin
Âge: 24
Focus: Bague avec une tête de corbeau
FICHE: URL

MessagePosté le: Ven 18 Mar - 23:26 (2011)    Sujet du message: Fin de soirée à la Scie Rose Répondre en citant

Alors que Renaud, dans une de ses plus grandes folies, et en même temps dans un de ses plus grands émerveillements, continuer son incendie, il ne sentit pas la tentacule s'enrouler autour de sa jambe droite. Après quelque secondes la créature commençait alors à reculer tout en jouant la comédie, pour faire croire à son agresseur qu'elle souffrait, Renaud s'aperçut de rien, et pour cause, celui-ci se retrouva tête en bas et jambes en l'air tenu par une tentacule, ou il perd le contrôle du feu qui s'éteint en un rien de temps.

Avant même qu'il eut le temps de prendre sa lame qui était dans son étui, celle-ci tombe par terre, Renaud était légèrement trop haut pour qu'il ne puisse l'atteindre ... Sans flammes, ni armes, Renaud était impuissant et la première chose qu'il lui vient à l'esprit et "Pose moi et je te jure que je te truciderai, je te décapiterai, je te brûlerai, je te frapperai, je t'éventrerai et je te pendrai avec tes boyaux, et je me ferai coulé un bain avec ton sang et je me laverai avec ta chair !" cri t-il en Allemand. Puis au même instant l'homme qui était derrière lui, se mit à frappé la tentacule, comme un dératé sans s'arrêter, qui au bout d'un moment, finit par lâcher Renaud qui tombe lourdement par terre, tête en avant, et comme par hasard, en plein sur sa bosse.

A genoux par terre, se tenant la tête avec sa main droite, Renaud ramasse sa lame de Damas avec sa main gauche, tout en continuant de regarder cette homme qui se déchaîne sur la bestiole, il se relève avec énormément de difficultés, et quand il voit la créature s'en fuir, il décida de la prendre en chasse, mais après deux ou trois pas, il tombe raide comme un cierge, faute à la fatigue et au choque qu'il à eut à l'hôtel de ville, ne pouvant se lever, il ne pût que regarder la créature disparaître dans l'ombre, au détriment de sa lame qui voulait tant gouter, cette nuit là, à du sang frais...

Encore conscient, ses yeux plein de haine et de rage, il se relève sur les genoux s'appuyant avec sa lame, et frappa sur le sole avec son poing droit, et se dit en allemand, *Tu m'échappera pas crois moi !* il se relève alors complètement, et recommence à prendre en chasse la créature qui avait complètement disparût, mais même topo, après deux ou trois pas, il retomba par terre, et cette fois il n'arriva plus à se relever.

Essouffler, le regard perçant l'horizon, il comprit alors que c'était trop tard, il n'arrivera pas à la rattrapé et sera incapable de la détruire, puis il ne bougea plus, sa lame à côté de lui, sa main gauche sur le manche, qui ne la tient même plus, sa main droite sur son crâne, ses jambe écartés, et visage contre terre, Renaud n'avait plus aucune force, puis, prit dans sa colère, il se mit a rigoler, l'homme derrière était entièrement silencieux, Renaud toujours par terre lui dit alors en Français "Hé truc!... heu... comment dire... hé bien!... pour l'aide la...", puis il dit alors avec une petite voix, très silencieusement, "merci".

Puis Renaud, toujours allonger par terre, avec sa main droite il sortit une cigarette de son paquet, et ramasse son briquet qui se trouver juste à côté de lui... Et cette fois-ci le briquet sortit une flamme, Renaud, résistant à sa colère pour ne pas le détruire, alluma sa cigarette et rangea son briquet dans sa poche, et dit à l'homme en regardant dans sa direction avec ses yeux "Dis... tu connais pas un endroit à proximité pour aller pioncé gratuitement ?!...". Puis il regarda à nouveau vers l'endroit ou à disparût la créature et se dit allemand "sans flammes, ni armes" et se mit à rigoler de nouveau...


Dernière édition par Renaud Rabenkorf le Sam 19 Mar - 08:49 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
MSN
Monsieur Minchin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2008
Messages: 324
Rôle: administrateur supreme
Masculin
Âge: 36 ans
Focus: baguette, élément de rituel, voix
FICHE: URL

MessagePosté le: Sam 19 Mar - 01:15 (2011)    Sujet du message: Fin de soirée à la Scie Rose Répondre en citant

Minchin regarda l'autre se relever et faire quelques pas avant de s'effondrer puis recommencer avant de rechuter. Il releva la tête. L'homme ne bougeait plus sinon pour s'allumer une cigarette. Il parla, le remercia. Les mots lui passèrent au dessus de la tête. Minchin se releva avec, semblait-il, des siècles sur ses épaules. Il s'approcha de l'homme allongé. Une image lui passa devant les yeux, celle d'un souvenir lointain d'un jeu vidéo de non-croyant où l'un des personnages combattants ne se battait qu'allongé. Le souvenir saugrenu disparut aussitôt. Dans un silence qui lui rappelait lui aussi son passé d'avant Lys, il l'aida à se relever. Il cherchait un endroit où dormir et cette demande lui apparut avec une ironie amère. Il était le mieux placé pour lui offrir le gîte, mais il ne lui répondit pas. Le regard noir et des efforts énormes pour sa stature pas si solide épuisée par sa rage précédente, il le traîna vers la porte de la Scie Rose restée ouverte, le laissant rire sans comprendre, sans même se poser de question.

" - Han !" lui arracha le nouvel effort pour pousser la porte complètement d'un coup de pied mal assuré qui les fit tanguer dangereusement comme deux alcooliques déjà bien imbibés. Il continua de le soutenir jusqu'à la salle aux tables désertées. A l'intérieur, il restait l'odeur du tabac froid, les lumières des petites lanternes qui faiblissaient comme chaque nuit à l'approche de l'aube. Demain, les petites lucioles magiques qui leur donnaient leur clarté accepteraient-elle de briller sans la main douce de Lys ? Il déposa, ou plutôt laissa retomber Renaud sur une chaise, à bout de forces, afin de souffler. Un verre ! Il avait besoin d'un verre. Il alla fermer la porte, la barricada puis passa derrière le comptoir. Tout avait été rangé et nettoyé... *Lys... *

La colère le rongeait, le soutenait encore. Il prit une bouteille de whisky et deux verres et toujours sans un mot, les fit tomber bruyamment sur la table devant Renaud avant de les servir d'une large rasade chacun. Il prit le sien et le porta à sa hauteur, hésita une seconde puis l'avala cul sec. Minchin n'avait pas l'habitude de boire. Du moins, il n'avait pas l'habitude des alcools forts préférant la bière simple et désaltérante. Il fit la grimace sous la brûlure que le liquide provoqua dans sa gorge mais déjà les vapeurs éthyliques lui redonnait un semblant de volonté. S'il devait porter son allié impromptu jusqu'à une chambre, ce ne serait pas une mince affaire mais il comptait sur Renaud pour faire quelques efforts et l'aider. Il le laissa finir son verre...
______________________
Je travaille ! Moi !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Renaud Rabenkorf
Adulte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2011
Messages: 95
Rôle: Forgeron
Masculin
Âge: 24
Focus: Bague avec une tête de corbeau
FICHE: URL

MessagePosté le: Sam 19 Mar - 13:47 (2011)    Sujet du message: Fin de soirée à la Scie Rose Répondre en citant

Alors que l'homme qui était en train de tirer Renaud jusqu'à la taverne, celui-ci se mit à trébucher ou plutôt il se mit à tituber en ouvrant la porte, il déposa ensuite son fardeau sur une chaise et part derrière le comptoir chercher quelque chose, pendant ce temps Renaud pensa, ce qu'il était venu faire ici, la faute à qui, Alita ? Non plutôt la sienne, la faute d'être trop curieux, un jour ça lui perdra. Quand l'homme revient à côté de lui, il posa avec une extrême violence les verres qu'il avait dans la main, et commence à les remplir de whisky, bonne idée se dit-il. Il regarda alors l'homme qui l'avait porter, boire cul-sec son verre, et devenir tout rouge, un petit sourire apparaît sur le visage de Renaud à ce moment la, et bu lui aussi son verre cul-sec. Renaud resserre alors cette personne, et lui dans la même occasion, et lui dit "Bois!, des fois ça peut pas faire de mal, crois moi!" et Renaud bu une nouvelle fois son verre cul-sec.

Après quelque minutes à boire, Renaud s'effondre sur la table, à lui tout seul, pratiquement, il avait fini une bouteille entière d'un litre cinq de whisky, et commença à raconter n'importe quoi, puis il leva sa tête regarda monsieur Minchin et lui dit "Tu sais quoi ! tu sais pourquoi je suis là hein ! ... Hé bah moi non plus je sais pas pourquoi, et ça, ça m'énerve! tout ça à cause d'Alita!" puis il regarda la bouteille, et attrapa celle-ci entièrement vide, il la lança contre le mure, en se levant légèrement de sa chaine, ou la bouteille se brisa en milles morceaux, et il commence à crier en Allemand "Tout ça c'est la fautes de l'autre c**** qui voulait à tout pris me montrer ce monde de m****, viens qu'elle disait, viens tu verras ce monde et incroyable, mon cul oui!" puis après sa petite crise, il se rassoie sur sa chaise, posa ses coudes sur la table et met sa tête sur ses bras.

Étant bien imbibé, il pouvait plus rien faire, ni bouger, ni parler, mais dans un moment de calme, il posa une question à l'homme qui était à côté de lui "Dis... ici... tout le monde est sorcier ?... Même moi ?... c'est quoi exactement un sorcier ?... quelqu'un qui fait juste des tours de magie ?... Et puis c'était quoi cette chose dans la rue ?" dit-il avec sa tête sur le bras droit à moitié allonger sur la table, et sa main gauche avec qui il regarder le fond de son verre, pour voir si il ne rester pas quelque goutes de whisky, et avant que l'homme ne lui donne une réponse, Renaud s'était endormi sur la table, dans la même position ou il avait posé sa dernière question...


Dernière édition par Renaud Rabenkorf le Mar 5 Mar - 11:38 (2013); édité 1 fois
Revenir en haut
MSN
Monsieur Minchin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2008
Messages: 324
Rôle: administrateur supreme
Masculin
Âge: 36 ans
Focus: baguette, élément de rituel, voix
FICHE: URL

MessagePosté le: Mer 23 Mar - 14:30 (2011)    Sujet du message: Fin de soirée à la Scie Rose Répondre en citant

Minchin s'était assis à la table pour attendre l'autre, mais l'autre, gourmand avait repris la bouteille et resservit les deux verres. Minchin le regarda boire cul sec une deuxième fois. Lui, avait la tête qui tournait un peu et la folle envie d'éteindre la lumière de son esprit, se laisser griser par l'alcool et oublier... Mais quelque chose retenait sa main et pour cette deuxième tournée, il ne but qu'une petite gorgée. Curieusement, l'alcool coula dans sa gorge, chaud, sans le brûler. Comme si son gosier s'était endormi sous la première agression éthylique.

L'inconnu lui, reprenait la bouteille et se servait un troisième verre en déblatérant sans la moindre logique sur des questions existentielles. Minchin fronça les sourcils et baissa la tête sans répondre. Pourquoi était il là ? Parce qu'il avait tout foiré. Il n'avait pas su trouver la joie et l'excitation, le bonheur et l'intérêt avant Lys et elle, qui lui avait fait découvrir la vie autrement, il n'avait pas su la protéger. Oui, se demandait il, pourquoi était il encore là plutôt qu'avec elle dans le néant ? A cause de cet ivrogne qui se payait du bon temps sur son whisky.

Mais Minchin savait ce qu'était la valeur d'une vie et même s'il ne l'avait pas désiré, cet inconnu lui avait sauvé la vie ! Il lui était donc redevable, même si ça ne lui plaisait pas. Pourquoi était il là ? Après tout, le destin en avait il décidé autrement. Peut-être qu'après lui avoir offert le bonheur, il lui offrait à présent l'enfer. Et de cet enfer, il se lèverait pour massacrer les responsables. L'inconnu se resservit un autre verre tandis que lui portait le sien une nouvelle fois à ses lèvres. Tout ça, il aurait une vie entière pour y penser. A présent si seulement il pouvait cesser de penser ! L'alcool coula de nouveau et l'autre se mit à brailler en allemand. Lamentable... Il le laissa vociférer debout comme la tour de Pise, s'adressant à quelques fantômes venus du passé... Minchin avait l'habitude des poivrots...

Et puis il se rassit. Le silence retomba avec lui. Minchin releva la tête, l'air renfrogné. Renaud s'adressa soudain de nouveau à lui. Il paraissait sensé de nouveau... Il posa alors des tas de questions mais le tenancier de la Scie Rose n'avait pas très envie de lui répondre. Il le fixa, l'oeil noir et l'autre, aussi soudainement qu'il s'était dégrisé, s'effondra sur la table en ronflant. Minchin resta immobile un instant à le regarder. Il devait sa vie à "ça". Comme instrument du destin on avait fait plus honorable...

Minchin se releva, poussant sa chaise qui racla sur le plancher. Sa tête lui tournait mais il finit son verre d'un coup. Il sentit sa gorge se resserrer sous l'étreinte de la peine. Il reposa son verre, laissa sa main pendre à coté un instant et puis fit demi tour vers sa chambre... Arrivé devant sa porte, il ne put la pousser. Il était incapable d'envisager cette chambre sans sa douce Lys ! Il se laissa glisser contre le mur et assis par terre il se mit à pleurer sans bruit avant de s'endormir, terrassé par le chagrin, l'alcool, la fatigue physique et émotionnelle...

La nuit passa ainsi, enfin ce qu'il en restait. Quand les rayons du soleil vinrent à traverser les persiennes de la fenêtre du couloir, Minchin bougea, ankylosé, la tête grondant d'un tonnerre incessant et douloureux. Il lui fallut quelques minutes avant de réaliser dans quel pétrin il se trouvait... A quatre pattes, il s'aida du mur pour se redresser. Il avait retrouvé son esprit analytique de comptable. Lys était morte. Il fallait détruire la créature. Il lui fallait de l'aide. La magie ne pouvait rien contre elle, du moins pas celles qu'il avait vues : Celles du feu, de l'esprit ou de la métamorphose. Il lui fallait des armes. Debout, il se dirigea vers la salle du bar.
______________________
Je travaille ! Moi !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Renaud Rabenkorf
Adulte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2011
Messages: 95
Rôle: Forgeron
Masculin
Âge: 24
Focus: Bague avec une tête de corbeau
FICHE: URL

MessagePosté le: Ven 25 Mar - 22:11 (2011)    Sujet du message: Fin de soirée à la Scie Rose Répondre en citant

Se réveillant avec un mal de crâne immense, et incroyablement douloureux, le moindre petit bruit ou le moindre petit pas des personnes qui se réveillent dans les chambres à l'étage, et pour lui un tambour qui joue à pleine puissance dans sa tête, prendre une cuite au Whisky 3 ou 4 heures avant de se réveiller, c'est vraiment pas plaisant du tout. Quand il parvient enfin à ouvrir les yeux, le soleil était déjà en train de lui sourire tout en se brossant les dents dans le ciel, image dégueulasse selon lui, ça lui donnait vraiment envie de reboire, quand il relève le haut de son corps qui était encore sur la table, il pousse un bruit, comme un centenaire qui prend son courage à deux mains pour se levé de son lit.

Assis enfin correctement sur la chaise, il prend son verre dans la main, et voit avec mécontentement que celui-ci est vide, il le repose, car trop fatiguer, il n'arrive même pas à s'énerver, et prend son paquet ou il sort une cigarette, manque de pot il ne lui en reste plus que 6, le sourcil commence à sautiller... Quand il se lève de sa chaise, il se dirige avec difficulté et en titubant, vers le comptoir, tout en allumant tant bien que mal sa cigarette.

Le comptoir et à peu près 2 ou 3 mètres, et pourtant il a l'impression qu'il est à des milliers de kilomètres, quand il arrive enfin devant il se place derrière en sautant au-dessus, alors que l'entrée du comptoir et juste à côté, pour prendre comme à son habitude, son Rhum-Café du matin, drôle de composition pour un homme qui vient tout juste de sortir d'une cuite. Une fois, tout son petit bazar finit, il sort par l'entrée/sortie du comptoir, qu'il a remarquer après avoir sauté, et revient sur sa chaise, qui est encore chaude

Et la vision d'horreur et de dégoût, pendant son réveille, des gens pleins les rues, qui se promènent comme si rien ne s'était passé pendant la nuit, des gens incapables de sortir la nuit, par peur de tombé sur une saloperie de bestiole toute de vers vêtue avec des tentacules en guise de bras, des lâches qui ont peur de se battre, et des hypocrites prétendant n'avoir rien entendu pendant la nuit, alors que le monstre était à leurs fenêtres.

Alors que Renaud commence doucement à se réveiller, il remarqua une tache noire sur le bas de son Tibia, mais pas assez réveiller, il crut qu'il était encore à moitié dans son rêve, et détourna son regard pour repartir dans son verre, quand il remarqua l'homme d'hier soir descendre les marches de l'escalier, tout aussi fatiguer et assombri par l'alcool que lui. Lui aussi doit avoir la tête dans un état pas possible, mais par respect, il fit un signe de bonjour avec son verre, comme lui à apprit Alita, et lui pose une petite question avec une voix enrouée du matin

"J'peux t'posé une p'tit question... c'est mes yeux ou j'ai une tache noire la sur ma Jambe ?... Ah! au fait... j'm'appelle Renaud... Renaud Rabenkörf et toi ?"

dit-il tout en continuant de boire son Café mélangé avec du Rhum et sa cigarette posée sur un cendrier à côté de lui ... Il promet qu'il ramassera les morceaux de verres par terre, et promet aussi qu'il aidera, pour la journée, à la Scie Rose, en guise de remerciement pour l'hébergement gratuit, comme lui à apprit Alita, quand quelqu'un est gentil avec lui...


Dernière édition par Renaud Rabenkorf le Mar 5 Mar - 11:50 (2013); édité 2 fois
Revenir en haut
MSN
Niamh
Créatures

Hors ligne

Inscrit le: 24 Mar 2011
Messages: 80
Rôle: Fée
Féminin
Âge: 16
Focus: Index pointé
FICHE: URL

MessagePosté le: Ven 25 Mar - 23:16 (2011)    Sujet du message: Fin de soirée à la Scie Rose Répondre en citant

Niamh ne comprenait vraiment pas pourquoi les gens la regardaient bizarrement. Peut-être étaient-ils étonnés par sa beauté surnaturelle ? Ah, oui, elle allait devoir s... s'humaniser à ce niveau avant de faire littéralement trop tourner de tête.

Niamh étant une fée, elle n'avait pas faim proprement dit. Cependant, l'expérience de ses pérégrinations passées (ainsi qu'un goût immodéré pour les conteurs modernes qu'on appelait "rôlistes") lui avait appris que lorsqu'on était en quête de quelque chose, le meilleur endroit pour commencer était ...

LA TAVERNE !

La fée avait donc déambulé dans les rues d'Angoulême sorcier à la recherche d'une enseigne colorée au nom qui sonnerait comme "Au cochon du roi", ou "la blonde du tonneau", ou encore "la tisane épicée." Autant de noms qu'un rôliste n'en voudrait pas pour sa taverne, mais dont Niamh était persuadée de l'à propos, puisqu'elle aimait les rois, les blondes et les épices. Bref. Ainsi, lorsque l'enseigne "La Scie Rose" lui sauta aux yeux, Niamh les cligna.

"Pourquoi une scie ? Et pourquoi rose ?" se demanda-t-elle à voix haute, l'index sur la tempe d'un air concentré.

Cependant, puisque ce nom était vide de sens une fois privé de son contexte, donc qu'elle devinait que comme les héros des conteurs modernes, elle allait devoir interroger le tavernier sur le nom du lieu, Niamh en conclut très brillamment (...) qu'il devait en toute probabilité s'agir d'une taverne POINT.

Reprenez votre souffle et passez à la ligne suivante.

La Seelie sauta gaiement sur ses pieds, courut à la porte et... Stoppa net.

Comment faire son entrée ?

Bah ! Elle haussa les épaules, compta sur sa débrouillardise et son sens de la communication, et franchit tout naturellement le pas de la porte avec optimisme !

Du point de vue de ses hôtes, une fille tout droit échappée d'un asile, ou d'ailleurs, vêtue d'un jupon à l'envers, d'un bas de laine autour de la poitrine et d'une culotte en coton blanc en bonnet sur la tête... Et elle était pieds nus. Cette apparition farfelue donc, leur adressa un joyeux, innocent, et vivifiant, et surtout tonitruant :

"BONJOUR !"
______________________
"Je suis Niamh. Je cherche, je cherche... Je me demande ce qu'on veut qu'je cherche..."


Dernière édition par Niamh le Dim 27 Mar - 16:56 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur MSN
Monsieur Minchin
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 07 Déc 2008
Messages: 324
Rôle: administrateur supreme
Masculin
Âge: 36 ans
Focus: baguette, élément de rituel, voix
FICHE: URL

MessagePosté le: Dim 27 Mar - 13:41 (2011)    Sujet du message: Fin de soirée à la Scie Rose Répondre en citant

Ça n'était pas possible, se disait Minchin en entrant dans la salle. Impossible qu'il doive assurer le service seul ! Sans sa Lys !Pourtant, dès que la fumée de la cigarette de Renaud vint lui piquer les narines, il reprit automatiquement ses habitudes, ouvrant les volets, la porte, nettoyant le comptoir...

Renaud lui adressa un salut avec son verre vide, comme pour signaler justement qu'il était vide. Ce poivrot à qui il devait son affreuse vie désormais vide de sens voulait boire encore ! Il s'était préparé un café dont les vapeurs lui rappelaient vaguement quelque chose. Minchin ne lui sourit pas mais lui rendit son salut. Il était encore tôt mais de toute façon, plus rien ne le retenait dans son lit et puis un couple descendait déjà pour le petit déjeuner.

Il lança sa machine à vapeur et l'autre l'interpela. Prenant un torchon pour s'essuyer les mains, il s'approcha et s'accroupit pour examiner ce qu'il appelait une tâche. Dès qu'il la vit, son visage déjà grincheux se fit encore plus grave. On aurait dit que la tâche était de la même consistance que la flaque noire qu'il avait trouvé la veille devant chez lui. Il n'osa pas la toucher et regarda Renaud en relevant la tête. " - Vous avez bien une tâche." Conclut il d'une voix à l'apparence indifférente. " - Faudrait vous faire examiner." Ajouta t-il en se redressant et en nettoyant la table de Renaud, soulevant son verre vide et sa tasse de café. Et en reposant le tout, il fit face à Renaud et se présenta sans grand enthousiasme : " - Minchin." Il s'éloigna vers le comptoir pour terminer de préparer ce que le couple avait demandé, disposant le tout sur un plateau.

Aux promesses de Renaud qui continuait dans son coin à faire la conversation pour deux, Minchin se retourna et le regarda sérieusement. Il avait une sale tête ce type. Il le jugea comme pas très franc du collier et franchement fatigué par les vapeurs d'alcool mais... sa proposition le mettait un peu plus à l'aise, comme si son sauveur voulait lui apporter une aide non négligeable. Il acquiesça toujours aussi peu bavard,déposant devant le couple théière fumante, croissants et jus d'orange. Retourné derrière son comptoir, il passa dans la petite arrière salle et revint avec le matériel pour qu'il puisse nettoyer ses dégâts. Qu'il commence donc tout de suite ! Minchin n'était pas dupe : Une promesse ne valait rien tant qu'elle n'était pas accomplie.

C'est alors qu'une jeune fille passa la porte apportant une note de gaité soudaine et impromptue dans la taverne. Minchin se retourna d'un coup. On aurait dit Lys ! Tant d'enthousiasme, de joie... Seule sa défunte amie était comme ça. Les yeux grands ouverts il la dévisagea une seconde avant de reprendre le contrôle de lui-même douloureusement. Ce n'était pas Lys ! C'était une jeune fille éblouissante de fraîcheur, souriante, gaie... Et habillée d'une manière pas croyable ! Son expression avait repris toute sa froideur mais il s'approcha d'elle.

" - Bonjour. Installez vous, je vous en prie." dit il mécaniquement. Une autre habitude que Lys lui avait apprise que celle d'accueillir ses clients. De l'étage, un homme descendait et s'installait à son tour à une table en baillant et en déployant son journal...
______________________
Je travaille ! Moi !
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Renaud Rabenkorf
Adulte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2011
Messages: 95
Rôle: Forgeron
Masculin
Âge: 24
Focus: Bague avec une tête de corbeau
FICHE: URL

MessagePosté le: Dim 27 Mar - 15:25 (2011)    Sujet du message: Fin de soirée à la Scie Rose Répondre en citant

Renaud toujours aussi aimable qu'une porte de prison dévisagea Monsieur Minchin quand il lui dit qu'il devrait se faire examiner... Par qui ?, et par quoi ?, c'est quelque chose de terrible ou bien quelque chose qui se soigne facilement ? se demanda-t-il, mais qu'importe. À peine sa tasse de Café finie, Minchin lui apporte le balai, Renaud se mit au travaille de suite et en profita même pour balayer la salle entière, il avait l'habitude du balai quand il devait nettoyer la boutique d'Alita à Paris, mais se qu'il le déranger le plus c'était les personnes qui commencées à descendre, pour s'installer.

Quand il finit de nettoyer la moitié de la salle, une personne fait signe pour prendre sa commande, Renaud pose alors le balai dans un coin, et s'approche de l'homme, qui avait déjà déployé un journal pour lire les actualités. Toujours aussi sympathique Renaud lui demande alors "Quoi ?! Tu veux quoi ?! dépêche toi la! j'ai pas qu'ça à faire !" l'homme surprit de l'aptitude de Renaud, lui demande avec une voix timide, "un Café avec un jus d'orange et deux croissants s'il vous plait", alors Renaud par en direction du comptoir pour lui préparer ça commande ... Quand il revient, il pose son café sur la table, avec son jus et ses croissants, et repart nettoyer la salle.

Toujours le balai entre les mains, ou il avait presque fini de nettoyer toute la salle, quand d'un coup, une espèce de sale môme arriva en courant, il avait descendu les marches de l'escalier à une rapidité incroyable, il commençait à crier et à sauter partout, Renaud lâcha son balai qui fit un bruit aigu quand il frappa le sol, et choppa l'épaule droit du gosse et lui dit "Si tu continue j'te jure j't'égorge j'donnerai ton sang aux vampires, et toi j'te couperai en tout p'tit morceau que j'donnerai aux porcs, alors arrête de crier et de sauter partout, car sinon tu vas mourir jeune OK!" lui dit-il en serrant les dents, avec un regard pour le moins, menaçant.

Mais le môme continua à crier et de sauter partout quand Renaud le lâche. Alors cette fois-ci il le choppe par le colback et le soulève de terre, et l'accroche à un des porte-manteaux qui est sur le mûr, et le laisse ici, pour retourner à son balai, et pour finir de nettoyer la salle, pendant que les personnes qui étaient tranquillement en train de déjeuner, le regardent avec des grands yeux.

Enfin fini, Renaud pose le balai dans l'arrière-salle, et commence à nettoyer le comptoir, quand il voit, une espèce de gamine avec un slip sur la tête entrer dans l'établissement, plus fort que lui, il explose littéralement de rire, à en avoir mal au ventre, tout en se pliant en deux, ne comprenant rien les personnes présentes dans la salle regardent une nouvelle fois cet énergumène ce plier de rire pour rien, un des clients dit même avec une petite voix, "il se moque même des clients, c'est scandaleux, ou est passé la gentille Lys d'hier ?".

Renaud avait entendu, et se stoppa net de rire, il regarda le client sans rien dire et sans rien faire, il le fixe tout simplement du regard avec sa main gauche prête à sortir sa lame de Damas si jamais l'homme redisait quelque chose, celui-ci était vraiment mal à l'aise et baissait tout le temps les yeux quand il croisa son regard, Renaud savait que si Minchin entendait ça il deviendrait fou, même si il ne le connaissait pas depuis longtemps, il avait compris que pendant la nuit il avait perdu quelqu'un de cher à ses yeux, Renaud continua de regarder le client jusqu'à ce que Minchin lui fasse signe pour prendre la commande de la cliente.

Il s'avance alors en direction cette fille, toujours avec un petit rictus, et lui demande "Alors elle voudra quoi cendrillon ?!" dit-il en Allemand, tout en se contrôlant pour ne pas repartir dans un fou rire, les gens autour de lui le regarda bizarrement quand il se mit a parler Allemand. Mais son petit rictus disparait alors en voyant d'autres personnes arrivées dans la salle, "Alors elle veut quoi cendrillon ?!", dit-il une nouvelle fois, mais en Français, car peut-être que la fille n'avait pas comprit se que Renaud avait dit au départ.


Dernière édition par Renaud Rabenkorf le Mar 5 Mar - 12:06 (2013); édité 4 fois
Revenir en haut
MSN
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:23 (2017)    Sujet du message: Fin de soirée à la Scie Rose

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Angoulême Sorcier Index du Forum -> Rue du Hâ -> Taverne "La Scie Rose" Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Aller à la page: 1, 2, 3, 4  >
Page 1 sur 4

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Modified by M.Minchin Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com