Angoulême Sorcier Index du Forum
Angoulême Sorcier
Forum rpg contemporain et fantastique.
 
Angoulême Sorcier Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: [Brodeurs] Coup de Pied et Grosse Baffe II ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Angoulême Sorcier Index du Forum -> Rue du Hâ -> L'Hôtel de Ville
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Joëlle Menart
enfant/adolescent

Hors ligne

Inscrit le: 23 Aoû 2010
Messages: 13
Rôle: touriste
Féminin
Âge: 14
Focus: aucun
FICHE: URL

MessagePosté le: Jeu 2 Sep - 15:17 (2010)    Sujet du message: [Brodeurs] Coup de Pied et Grosse Baffe II Répondre en citant

[ On vient de LA ]
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.


    Ils arrivèrent assez vite dans le hall. Joe avait toujours son regard hébété, elle réalisait à peine la nature de leur sauveurs, alors que devant elle, des énormes loups se mêlaient au reste de la foule. Ils se firent assaillir de question, mais à son sujet on parlait plutôt de, « Pauvre enfant. » « Elle n’a même pas l’air d’une sorcière. » « Quel choc ç’a du être affreux pour elle. » Elle ne nota même pas le mot sorcière, à vrai dire, elle ne comprenait même pas les phrases qui sortaient de la bouche des gens. Les question on les posaient au grand monsieur. Perdue dans ce grand hall, au milieu de la chaleur de tout ses gens, et à la fois de la folie de cette soirée, de ces hommes et de ses femmes étranges, de la vision encore très vive de l’affreuse bête qui avait faillit l’avoir, elle se recroquevilla vers l’homme, et cacha son visage dans ses habits amples. Elle ne voulait voir personne, ne parler à personne, elle avait l’impression de devenir folle. Et les larmes du traumatisme coulaient sur ses joues, son cerveau allaient vite très vite, elle cherchait du repos, mais elle en aurait pas, pas avant d’avoir compris, pas avant que cette montagne d’absurdités ne trouve une place dans l’organisation logique et infaillible que Joe c’était faite du monde.
    Ainsi elle ne réagit pas à l’arrivée de la bibliothécaire, bien qu’elle l'entendit.
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Jeu 2 Sep - 15:17 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Eliward Rangromd
Adulte

Hors ligne

Inscrit le: 22 Aoû 2010
Messages: 33
Rôle: Bijoutier
Masculin
Âge: 33 ans
Focus: Une pierre précieuse ou semi-précieuse, choisie parmi sa collection selon l'effet recherché.
FICHE: URL

MessagePosté le: Sam 4 Sep - 12:21 (2010)    Sujet du message: [Brodeurs] Coup de Pied et Grosse Baffe II Répondre en citant

Doucement, Eliward sembla revenir au monde des vivants. Ses membres étaient moites, sa respiration sifflante et son cœur oppressé ; mais il lui paraissait que le danger était loin, au moins de l'autre côté de ce mur de pierre. La surface froide derrière son dos le rassurait. Le mur était épais et solide. La créature ne pourrait pas le briser. Il était en sécurité, ici.

La vie retrouva lentement le chemin de ses veines. Il sentit à nouveau ses doigts, son visage, le corps de la fillette qu'il avait porté et qui s'était effondrée près de lui. La douleur commençait à poindre dans ses muscles suite à cet effort inédit, mais ne l'affecta pas autant qu'il l'aurait cru. Ses impressions physiques paraissaient floues et indistinctes. Ses perceptions s'ouvrirent à nouveau à la magie ambiante. Il avait laissé sa baguette dehors et ne la retrouverait certainement pas – la perspective d'une entrevue avec Croupdebouc, maintenant doublement nécessaire, lui parût doublement désagréable. Il ne ressentait que de très faibles vibrations venant de ses pierres. Ses talismans ne répondaient presque plus. Un de ses pendentifs, un grenat d'un rouge sombre, était fendu en deux parties égales dans son écrin ; le pendule qu'il avait dans la poche intérieure de sa cape marquait plusieurs éclats. Ses bagues ne lui faisaient plus que l'effet de cercles de métal que ses doigts auraient enfilés par hasard. Elles s'étaient vidées dans sa fuite éperdue, pour retenir le monstre ; et de l'oeil-de-tigre qui s'était brisée sous le choc ne restait que quelques fins éclats mordorés, dont l'un s'était légèrement enfoncé dans la paume de sa main. Eliward l'enleva sans réfléchir. La douleur était lointaine, absente. Le choc l'avait rendu indifférent. La mort avait parue si près, si horrible... Et ce monstre... Non, il n'était pas encore en état d'y repenser.

Le blond frissonna et se décida à ouvrir les yeux. On venait de lui carrer une herbe fortement odorante sous les narines. Ses paupières se soulevèrent lentement et les pupilles ambres rencontrèrent des yeux vairons. Vairons, vairons... Ah oui, la libraire. Qu'est-ce que la nouvelle libraire faisait dans le hall de la mairie par une nuit pareille, et pourquoi lui collait-elle de l'eucalyptus sous le nez ? Ces deux questions, qui auraient frappées n'importe qui, effleurèrent à peine notre ami bijoutier. Il comprit à peine ce qu'elle lui racontait, mais aspira à plein nez. Les plantes, c'était une bonne magie, ça. Approuvée par Eliward, en tout cas ; car le royaume végétal et l'empire minéral s'alliaient dans son monde natal. En effet, l'odeur fraîche et mentholée lui fit du bien. Retrouvant la quasi-totalité de ses esprits, il ouvrit complétement les yeux.

« Merci. » Articula-t-il doucement. « La fille. » Indiqua-t-il en empoignant délicatement le bras de la libraire et en le dirigeant vers la petite humaine, qui pleurait en silence à côté de lui. Ça n'était pas le plus galant qu'il puisse faire, mais c'était tout ce que ses capacités cognitives lui permettaient pour le moment. Si Eliward savait qu'une bonne nuit de sommeil et deux ou trois rituels le remettraient d'aplomb, ce ne serait certainement pas le cas pour l'adolescente qu'il avait croisé ce soir-là. Et comme la libraire était une femme et que les femmes s'en sortiront toujours mieux avec les enfants que les bijoutiers acariâtres, il valait mieux lui laisser s'occuper de la fillette. Réalisant que ses mains tremblaient encore, il essaya de se calmer en respirant profondément. En vain. La peur restait en lui, une peur terrible, affreuse, le contre-coup de l'Horreur. Il n'avait pas de mots pour décrire, analyser, intellectualiser ce qu'il venait de vivre. Ses pensées se redirigèrent un instant vers la Créature, mais il les força à se concentrer sur le présent. La lumière du hall, les voix des garous, le parfum de l'eucalyptus, les pleurs de l'humaine, la présence incongrue mais rassurante de la libraire, jusqu'à la poussière et à la crasse sur ses vêtements. Les Gardiens avaient cessés de lui poser des questions. D'après ce qu'il avait compris, on était allé chercher le maire. Il n'en avait rien à faire, même si crier sur le bonhomme ne le dérangerait pas trop. Ça le défoulerait, même.
Revenir en haut
Strugg McNoor
Adulte

Hors ligne

Inscrit le: 29 Aoû 2010
Messages: 30
Rôle: Libraire
Féminin
Âge: 31
FICHE: URL

MessagePosté le: Dim 19 Sep - 12:13 (2010)    Sujet du message: [Brodeurs] Coup de Pied et Grosse Baffe II Répondre en citant

"La fille"

*Quoi la fille?*

Le bijoutier venait de prendre le poignet de Strugg avec délicatesse pour lui indiquer l'endroit où se trouvait l'enfant. C'était une main longue et fine, qui laissait transparaître les habiletés du propriétaire pour effectuer une tâche minutieuse et précise. Relevant le visage de l'homme avec sa main libre pour qu'il la regarde dans les yeux, Strugg lui expliqua doucement qu'elle allait le laisser pour aller voir la jeune fille. Dans de telles situations, il est en principe recommandé de parler aux personnes choquées en maintenant leur regard, ce qui a pour effet de concentrer leur attention l'espace d'un court instant - même si dans le cas présent, le bijoutier semblait tellement sonné que les paroles de la libraire ne semblaient pas transmettre un quelconque soupçon d'idiome dans la tête de l'homme. Se décidant enfin à le quitter, Strugg se leva pour se diriger vers la jeune fille.

Recroquevillée dans un coin, la pauvre chose semblait vider toute l'eau de son corps par ses glandes lacrymales. Alors qu'elle marchait vers la jeune fille, la libraire prit le temps de l'examiner visuellement. Yeux marrons, coupe au carré avec une frange... habillée de façon étrangement conventionnelle. Sans parler qu'elle ne semblait même pas avoir conscience du monde magique - sans nul doute une non croyante.

*Ca va pas être du gâteau...*

Arrivée à son côté, la libraire s'adressa à l'enfant:

"Bonjour ma petite demoiselle. Je m'appelle Strugg McNoor, je suis la gérante de la Libraire des Lumières - tu as déjà du voir mon enseigne juste à côté de la grande porte que tu as emprunté pour arriver ici..."

La technique était très simple : insérer des éléments connus et familiers dans l'explication pour faciliter les sujets fâcheux. Savoir qu'une personne qu'elle pensait 'normale', qu'elle avait déjà vu dans le monde qui pour elle était le monde 'réel', se trouvait avec elle, ne pouvait que la rassurer. Sortant deux autres feuilles sèches d'eucalyptus, elle les broya dans sa main et l'avança sous le visage de la jeune fille, faisant de petites cercles pour que les effluves se dispersent doucement autour du visage.

"Bien. Essaye de respirer doucement, ça va t'aider à te calmer. Je ne te dis pas de t'arrêter de pleurer, mais si néanmoins tu pouvais acquiescer avec la tête pour me signifier que tu comprends ce que je dis, cela m'aiderait beaucoup. Tout d'abord, il faut que je t'explique un peu ce qu'il se passe ici. En passant cette grande arche, tu es entrée dans un endroit où plus de choses sont possibles. Il serait vain de te détailler cela, mais pour faire simple, la magie existe - ou du moins, tout ce que tu pensais jusqu'à ce jour impossible est ici possible. Si nous sommes ici, dans l'hôtel de ville, c'est parce qu'une créature malveillante est arrivée et vous a pris en chasse. L'homme qui est là-bas t'as sauvé la vie; quand vous aurez tous les deux repris vos esprits, sache que je veillerai à ce que tu lui transmette toute la gratitude qu'il mérite pour cette action courageuse."

S'il y avait bien une chose sur laquelle Strugg était exigeante, c'était la reconnaissance et le respect de quelqu'un qui vient de vous sauver la vie, même si c'est le dernier des clochards que vous avez croisé deux fois dans une rue, qui ne s'est pas lavé depuis deux semaines et qui exhale une odeur de rhum.

J'aimerais savoir... comment t'appelles-tu? Et comment es-tu arrivée ici? Ah et petit détail, toutes les magies ne sont pas néfastes et agressives. Regarde ça.

C'est après une chute de cheval qu'il faut remonter le plus vite. Sinon, on ne pourra plus approcher un cheval de sa vie. C'est un peu pareil pour ceux qui apprennent l'existence de la magie de façon brutale : si on ne leur fait pas une piqûre de rappel le plus vite possible, il se passe un phénomène de traumatisme. Le cerveau, qui ne peut expliquer ce qu'il vient de voir, pose un voile d'inconscience sur la mémoire. Et fait ainsi disparaître toute possibilité d'ouverture à la magie - sauf que la mémoire ne s'efface pas. Dans le meilleur des cas, le traumatisme reparaît dans des cauchemars de façon ponctuelle... et au pire, c'est l'hôpital en séjour longue durée.
Se concentrant alors sur le feuilles broyées, Strugg retira une partie de la gravité des morceaux, qui se mirent à flotter au-dessus de sa main. Cet exercice était plus impressionnant que difficile : le contrôle de la gravité d'objets si petits et légers était aussi anodin pour Strugg que pour un non-croyant quelconque de jeter une boule de papier dans une poubelle à un mètre de distance.

Voilà ce que moi je peux faire... amusant n'est-ce pas?

Elle abhorra un grand sourire pour essayer de dérider la jeune fille et détendre la situation.
Revenir en haut
Il était une fois
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2008
Messages: 50
Rôle: Narrateur

MessagePosté le: Dim 19 Sep - 15:18 (2010)    Sujet du message: [Brodeurs] Coup de Pied et Grosse Baffe II Répondre en citant

Coté piqure de rappel, Joe fut bien servie. A peine posait elle les yeux sur le prodige proposé par Strugg que la porte s'ouvrit brutalement et que trois énormes loups-garous bondissaient dans la pièce. Et lorsque leurs pattes se posèrent sur les carreaux glacés du sol, un autre prodige se réalisa. Presqu'instantanément, ils retrouvèrent leur forme humaine. Il y avait alors deux hommes et une femme, nus, qui ne firent pas attention aux rescapés leur montrant leur dos, se dirigeant vers le fond de l'accueil de l'Hôtel de Ville où d'autres membres du Clan du Cairn leur proposèrent de quoi se vêtir. Ce qu'ils firent...

Un homme s'était approché de la porte et la refermait avec une petite touche de solennité. Le maire n'était toujours pas arrivé mais ne tarderait plus guère...

______________________
...il y a fort longtemps, c'était hier...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Nelig Croupdebouc
Adulte

Hors ligne

Inscrit le: 11 Déc 2008
Messages: 53
Rôle: Commerçante
Féminin
Âge: +ou- 40 ans
Focus: bois de cerisier et plume d'hyppogriffe
FICHE: URL

MessagePosté le: Dim 14 Nov - 12:41 (2010)    Sujet du message: [Brodeurs] Coup de Pied et Grosse Baffe II Répondre en citant

(on arrive de LA)

Mais cette fois, ce ne fut encore pas le maire qui passa la porte de l'hôtel de ville mais Nelig trainant le petit Faust en pleur, une grosse tâche noire et vide sur la tête. La porte n'en revint pas ! Elle claqua brutalement sur le mur et ne se referma pas. A grand pas volontaire, les talons carré de la femme borgne se dirigèrent droit sur le bijoutier.

" - Rangromd ! Debout !" l'exhorta t-elle avec toute son autorité naturelle. " - Tu dois faire quelque chose pour ce gamin où il va y passer !" Aucune complaisance dans la voix de Nelig, aucune émotion. Juste son tempérament sûrement aussi acariâtre que celui du bijoutier. Ca aurait dut être le choc des titans si celui ci n'était pas avachi par terre comme une larve terrassée par la peur. " - Rangromd !" l'appela t-elle encore avec un accent de colère dans la voix à le voir comme cela. Il faut dire qu'elle se sentait concernée. Il était son principal adversaire et c'est à ses adversaires qu'on peut se faire une idée de sa propre valeur...! Elle ne valait donc pas plus que cet homme terrassé ?
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Strugg McNoor
Adulte

Hors ligne

Inscrit le: 29 Aoû 2010
Messages: 30
Rôle: Libraire
Féminin
Âge: 31
FICHE: URL

MessagePosté le: Dim 21 Nov - 11:16 (2010)    Sujet du message: [Brodeurs] Coup de Pied et Grosse Baffe II Répondre en citant

Le petit tour de Strugg n'eut cependant pas beaucoup de temps pour faire son effet et dérider l'enfant. La porte venait de s'ouvrir et se refermer aussi prestement, laissant entrer non pas un mais bien deux individus, que Strugg prit au départ pour deux hommes. Le premier, en réalité, était une femme : grande et squelettique, le qualificatif qui venait à l'esprit de la libraire était 'osseuse' - d'autant que le fait que ladite femme soit borgne n'arrangeait rien à son apparence. Strugg arrivait enfin à replacer un nom sur cette personne : Nelig Croupdebouc, la propriétaire du magasin d'artefacts. La commerçante était suivie, ou plutôt trainait derrière elle, ce qui semblait être un enfant : cheveux hirsutes noirs, tout comme ses grands yeux, une allure élancée... Le disciple de la commerçante.

*Comment c'est son nom déjà à celui-là?*

Mais son interrogation fut brève : elle réalisait que Nelig venait de lancer un assaut plus que déterminé sur le pauvre bijoutier complètement hors-service.

*Mais elle va le tuer cette espèce d'énergumène!*

Laissant les feuilles flotter à hauteur des yeux de la gamine qui semblait moins réactive que jamais, Strugg se leva promptement et se dirigea vers Nelig pour lui toucher deux mots. La libraire n'en restait pas moins la jeune femme discrète qu'elle avait toujours été : son bouillonnement intérieur ne paraissait pas, c'est donc sur un ton très calme qu'elle s'adressa à Nelig:

"Madame Croupdebouc, excusez-moi de déranger ce qui semble être une requête tout à fait justifiée, mais il est clair que Monsieur Rangromd est loin de pouvoir disposer de ses capacités intellectuelles habituelles... Puis-je vous demander ce qui presse tant? Je ne sais pas ce qui se passe ici, j'ai passé la journée dans le sous-sol à lire des archives..."
Revenir en haut
Renaud Rabenkorf
Adulte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2011
Messages: 95
Rôle: Forgeron
Masculin
Âge: 24
Focus: Bague avec une tête de corbeau
FICHE: URL

MessagePosté le: Mar 15 Mar - 05:44 (2011)    Sujet du message: [Brodeurs] Coup de Pied et Grosse Baffe II Répondre en citant

La porte déjà à moitié ouverte, Renaud n'a qu'à la pousser pour y entrer, quand il posa le premier pied dans l'Hôtel de Ville, la sensation de tout à l'heure était encore présente mais moins forte, quand il posa le deuxième pied, personne ne lui prêta attention, ayant l'habitude de ça Renaud les oublia et commença à les regarder pour essayer de voir ce qu'il se passait tout en rangeant sa lame de Damas dans son étui. A l'intérieur l'ambiance était glaciale comme si l'Apocalypse avait était prédite, puis il remarqua une femme qu'il surnomma tout de suite le squelette borgne, qui trainait un gamin avec une tâche noire sur le haut du crâne, elle était entrain de se défouler sur un homme à chapeau complètement recroquevillé sur lui même, et à côté une femme à lunettes qui essayait de réconforter une gamine avec des feuilles qui volaient devant son visage, Renaud ne comprenait rien, il décida de s'asseoir sur le siège qui était à côté de lui, et s'alluma une cigarette tout en les regardant et en rigolant de cette scène si pathétique. Personne n'avait remarqué sa présence, puis au moment ou la femme à lunette s'approcha du squelette, Renaud sentit comme une sensation bizarre en lui, quelque chose qui arrivait, qui voulait se manifester, et ressentit des vies qui disparaissaient. Il prit alors une grande respiration, et expira lentement ... Après un petit moment, il tourna sa tête, regarda les personnes devant lui et décida de leurs parler, et dit

"Heu... Si jamais j'vous emmerde dites le moi hein ! non mais comme ça va faire un bon cinq minutes déjà que je suis ici et que manifestement tout le monde en à rien à cirer ! heu ... voilà quoi !"

dit-il en Français, Renaud remarqua les yeux de la femme aux lunettes se diriger vers lui, mais rien de plus et rien de moins. Au bout d'un moment il en eut marre et décida de s'avancer vers eux pour les frapper, mais il fit marche arrière et revint s'asseoir sur le siège *pourquoi je devrais aller les voir, à quoi ça m'avancera... à rien, et puis ... je me sens pas bien* pensa t-il en allemand. Il décida alors de s'allumer une nouvelle cigarette, et sortit d'une de ses poches de veste une bouteille de Rhum de 25cl, et resta tranquillement sur son siège qui était prêt de la porte d'entrée sans rien dire, tout en continuant de regarder ces personnes qui se disputaient... Mais la sensation de Renaud revenait, et de plus en plus forte, il était même obligé de secouer la tête en fermant les yeux plusieurs fois pour ne pas s'évanouir. Puis quand il ressentit une nouvelle fois cette chose qu'il avait perçu dans la journée, cette présence de mort, il s'arrêta de bouger, se leva de son siège, laissant tomber sa cigarette et sa bouteille, le regard vide, les yeux sans âme, il dit alors à voix haute

"Elle arrive, elle entre, elle tue, suivie d'une bataille, trois personnes meurent, une femme, un homme, et une enfant, deux traumatisés, une femme, et un enfant, et une évanouie, un homme, elle est la, elle approche de l'hôtel de ville"

A ces mots Renaud ferma les yeux, s'évanouit, et tomba par terre en avant.
Revenir en haut
MSN
Il était une fois
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2008
Messages: 50
Rôle: Narrateur

MessagePosté le: Mar 15 Mar - 16:26 (2011)    Sujet du message: [Brodeurs] Coup de Pied et Grosse Baffe II Répondre en citant

Laissant tous les protagonistes bouche bée, l'étrange homme sombre aux paroles sibyllines s'était étalé par terre. C'est ce moment que choisit le maire pour enfin arriver, entouré de deux garous, mais à toutes les tentatives pour lui parler, l'homme politique les rejeta toutes, aidés de ses gardes du corps et pénétra plus profondément dans l'hôtel de ville.

Dans le hall, il ne restait donc que Joëlle, muette, en état de choc, Eliward, pas mieux, Nelig qui secouait ce dernier, Faust qui gémissait de terreur, Strugg qui faisait de son mieux pour ramener l'enfant à la réalité, deux des membres du Cairn dont un aidait l'autre à panser ses blessures, et Renaud toujours à terre.

Il y eut alors comme une minute de silence où chacun resta immobile, ne sachant que penser ni de ce maire qui ne prenait pas le temps de les rassurer, ni de cet homme inconnu de tous qui parle bizarrement avant de s'effondrer, prédisant un malheur...

Une petite minute...

Et puis soudain, dans un bruit de tonnerre rampant, les murs se mirent à vibrer, à trembler, les bibelots posaient sur une table à tomber, de la poussière s'envola et le mur de devant s'effondra laissant une vision horrible à tous les présents.

La créature venait de se faire sa propre entrée. A présent chacun pouvait admirer son ignominie sur le fond de la nuit aux lampadaires éteints, à peine éclairée par une lune presque pleine et quelques étoiles. La lumière à l'intérieur vacilla sous le courant d'air et s'éteignit et le noir se fit.

Dans un hurlement de rage, les deux membres du clan s'étaient métamorphosés et se jetèrent sur elle, trois fois plus grosse qu'eux. L'un d'eux poussé par sa frénésie la mordit et s'effondra dans un gémissement horrible de douleur, le loup se tortillait à terre tandis que l'autre lacérait la créature.

Elle se défendait contre le molosse mais ne parvenait pas à s'en défaire alors elle souhaita avoir plus de force et sa tentacule fourmillante glissa au sol pour attraper la cheville d'Eliward qui sembla alors se réveiller, et hurla tandis qu'il était trainé vers elle puis engloutit. Personne ne put le retenir.

Une autre tentacule glissa elle aussi et vint prendre la fillette qui éclata d'un rire lugubre. Faust se jeta sur elle, tenta de la tirer dans l'autre sens, mais la tentacule s'enroula autour d'eux.

Nelig cria, se jeta sur elle, il y eut un éclat de lumière, Faust fut libéré, Nelig engloutie en même temps que Joëlle. Le loup fut projeté contre un mur mais la créature gonflait, gonflait, semblait prise à son tour de frénésie, de folie chaotique qui donnait à son corps un aspect encore moins descriptible qu'auparavant et puis la lumière réapparut. Dans une explosion parfaitement silencieuse, la créature fut dispersée en petits vers partout autour d'elle.

Il ne resta plus qu'un corps, à moitié effacé, celui de Nelig, agonisante... Elle appela Faust près d'elle, lui murmura quelques mots avant de succomber... Son corps alors continua de disparaitre peu à peu, tenu par le gamin pleurnichant....

Le silence était revenu... Le loup se redressa péniblement, ramena vers le coeur le corps de son malheureux compagnon d'infortune. Renaud se réveilla doucement, sans savoir où il était. Un grand trou dans le mur faisait une entrée bizarre dans le hall, Faust fouillait le sac de Nelig en sortait un fiole et tout en pleurant ramassa un petit vers pour l'enfermer dedans avant de partir, Strugg rentra chez elle sans trop savoir comment derniers survivants d'une nuit dramatique...

Plus tard cette nuit là, le cri d'une sorcière put rassurer chacun : La créature n'avait pas été éliminée...

______________________
...il y a fort longtemps, c'était hier...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Renaud Rabenkorf
Adulte

Hors ligne

Inscrit le: 28 Fév 2011
Messages: 95
Rôle: Forgeron
Masculin
Âge: 24
Focus: Bague avec une tête de corbeau
FICHE: URL

MessagePosté le: Mer 16 Mar - 17:40 (2011)    Sujet du message: [Brodeurs] Coup de Pied et Grosse Baffe II Répondre en citant

Alors que Renaud, commençait à ouvrir très difficilement ses yeux, la première chose à laquelle il pensa tout de suite, c'est ce mal de crâne qui lui faisait tourner la tête en même temps, comme si il avait prit une cuite la veille... Toujours allongé par terre, ne se souvenant de rien, il se demanda ce qu'il faisait ici. Quand il essaya tant bien que mal à se remettre sur ses jambes, il finit par tomber sur les genoux, avec une main sur la tête et l'autre par terre pour s'empêcher de tomber, il se dit alors :

*Bordel ... Mais j'ai bu combien de verres ? ... Et je suis où là ? ...*

pensa t-il en Allemand. Après un petit moment il parvient enfin à se remettre sur ses jambes, et quand il regarda tout autour de lui une fois debout, la première chose qu'il remarqua c'est l'énorme trou dans le mur, comme si un Tank ou un Bulldozer l'avait complètement détruit. Il continua de regarder autour de lui et vit alors deux personnes, à moitié nus, qui cachaient leurs corps avec un simple drap noir qu'ils tenaient. Puis il remarqua qu'il était plein de poussière et, quand il passa à nouveau sa main sur son crâne il sentit une énorme bosse, peut-être s'était-il prit une de ces pierres, mais qu'importe se dit-il. Les deux personnes étaient déjà parties, le laissant tout seul, il décida alors de sortir, non pas par la porte, mais par l'immense trou qui donnait sur la Rue du Hâ ...

Une fois dans la Rue du Hâ, il commença à se souvenir où il était.

*Je vais aller dormir, ce mal de crâne va me tuer sinon, et puis je tiens plus debout, on dirait un vieux qui doit prendre sa troisième jambe pour marcher droit*

se dit-il en Allemand. Il se souvint alors de la maison abandonnée qu'il avait trouvée pour y dormir pendant la nuit, après quelque pas, il entendit à nouveau un cri, mais cette fois c'était comme si on était entrain d'égorger un chien.

"Nuit d'merde pour nuit d'merde j'vais voir c'qu'il s'passe derrière ... Tiens j'fais des rîmes moi maint'nant... j'dois vraiment être fatigué"

dit-il en Français. Il part alors en direction de la ou venait le hurlement ...

(Suite avec Renaud ICI)


Dernière édition par Renaud Rabenkorf le Mar 29 Mar - 00:04 (2011); édité 1 fois
Revenir en haut
MSN
Faust Mordread
enfant/adolescent

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2008
Messages: 45
Rôle: disciple de Nelig
Masculin
Âge: 12 ans
Focus: Merisier, cheveu d'ange
FICHE: URL

MessagePosté le: Ven 18 Mar - 19:42 (2011)    Sujet du message: [Brodeurs] Coup de Pied et Grosse Baffe II Répondre en citant

(hj : Merci M&M's oups... J'ai rien dit... )

Tout s'était passé si vite. Faust était décomposé. Il tenait la fiole contenant le petit vers qui se tortillait contre son coeur... Nelig ! Sa maîtresse était morte ! Il pleurait, ses lèvres tremblaient et son crâne le démangeait. Elle lui avait dit d'attraper un des petit vers et de l'apporter au chamane pour qu'il puisse le guérir. Elle lui avait dit aussi... Faust regarda ses pieds... Elle lui avait dit aussi qu'elle lui léguait la baguette d'or. Mais comment pourrait il faire ? Il n'avait fait qu'une baguette dans sa vie, la sienne ! C'est tout ! Il ne s'en sentait pas capable. Il avait regardé Strugg partir comme une somnambule, puis l'étrange homme qu'il n'avait jamais vu avant se relever et les deux garous passer par une porte, celle qu'il avait prise quelques jours avant avec Nelig.

Ce fut le signal. Il les suivit, s'essuyant les yeux avec sa manche. A nouveau, ses oreilles furent envahies par le bourdonnement du coeur. Aveuglé par son chagrin et sa fatigue, il trébucha, se rattrapa à la rampe mais le bruit qu'il fit fut étouffé par la vibration de la source magique. Les garous ne s'aperçurent de rien. Ils rejoignirent leur meute sous ses yeux. Faust les observa d'en haut quelques instants. Il cherchait le chamane. Seul lui pouvait le guérir. Il renifla et descendit les marches à son tour. Il n'était plus protégé par Nelig. Comment l'accueilleraient ils ?
______________________
Moi aussi je suis un sorcier^^
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Il était une fois
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2008
Messages: 50
Rôle: Narrateur

MessagePosté le: Mar 22 Mar - 17:19 (2011)    Sujet du message: [Brodeurs] Coup de Pied et Grosse Baffe II Répondre en citant

Les deux garous étaient descendus sans s'apercevoir de sa présence, bien trop préoccupés par le cas du blessé. Aussitôt la meute était venue à leur rencontre sans faire d'avantage attention à lui, touchée par le sort du garou empoisonné comme s'ils avaient tous été blessés à sa place. Certains gémissaient, d'autre cachaient leurs yeux, certains perdaient leur forme lupine juste sous le coup du chagrin.

Finalement, ils s'écartèrent tous comme d'un commun accord lorsqu'un vieux bonhomme s'approcha. On étendit le jeune homme au sol et le vieux, plus petit que les autres s'accroupit et disparut sous les têtes de l'assemblée qui se penchèrent de nouveau au dessus d'eux.

Un grognement retentit et aussitôt ils s'écartèrent tous, et même, pour certains rejoignirent leurs postes. Le chamane réapparut, la mine énervée semblait il de leur comportement. Il se releva et commença à tracer au sol un cercle de poudre blanche avant d'aller vers la colonne d'énergie du Coeur.

C'est seulement à ce moment là que deux des gardiens aperçurent Faust. aussitôt, ils se métamorphosèrent et bondirent vers lui avec un air menaçant. Le chamane se retourna et les stoppa d'un mot :
" - Assez !" beugla t-il, obligé de hurler pour couvrir le bruit silencieux de la source magique. Les deux énormes créatures stoppèrent et se tournèrent vers lui épargnant Faust.

" - C'est le petit d'hier... " cria le chamane. Il lui fit signe de s'approcher...

______________________
...il y a fort longtemps, c'était hier...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Faust Mordread
enfant/adolescent

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2008
Messages: 45
Rôle: disciple de Nelig
Masculin
Âge: 12 ans
Focus: Merisier, cheveu d'ange
FICHE: URL

MessagePosté le: Sam 2 Avr - 15:16 (2011)    Sujet du message: [Brodeurs] Coup de Pied et Grosse Baffe II Répondre en citant

Faust avait descendu les marches jusqu'en bas avant que les loups-garous ne s'aperçoivent de quoique ce soit. Seulement quand il avait croisé leur regard, ceux-ci aussitôt s'étaient jetés sur lui, près à le déchiqueter. Pourquoi étaient-ils si hostiles ? Etait-ce à cause de leur camarade au sol ? De la tache qu'il avait au sommet du crâne ? Ou bien étaient-ils toujours ainsi ? Dans tous les cas, Faust pâlit d'un coup, ouvrant la bouche dans un rictus de terreur et reculant d'un pas, se prenant le bas de la jambe dans la dernière marche de l'escalier. Il chuta à la renverse, tombant lourdement sur son derrière, sur une marche plus haute de l'escalier de pierre.

Heureusement, le chamane intervint et aussitôt les deux monstrueuses créatures stoppèrent leur élan. Faust sentit les larmes remonter dans ses yeux. Nelig n'était plus là pour le protéger et il venait d'avoir une peur énorme, au moins aussi grosse que la nuit où la créature des limbes l'avait attaqué. Le chamane lui fit signe d'approcher mais Faust sentait ses jambes trembler. Et puis, il avait mal derrière une jambe et aux fesses. Sans parler de son état général. Etait-ce la tache qui traversait l'os qui anesthésiait son esprit ou le choc de cette nouvelle peur ? Ses yeux se voilait peu à peu de rouge ou de noir, il n'arrivait pas bien à savoir. Tant bien que mal, il se releva, titubant, il s'approcha du cercle, la fiole contenant le ver serrée contre sa poitrine. Il haletait.

" - Je... je vous..." il avait dû s'y reprendre à deux fois pour parler plus fort. Il s'était encore fait avoir par le bruit du Coeur qui n'en était pas. " - Je vous apporte un bout de la créature !" hurla t-il finalement en tendant, le bras tremblant la fiole vers le chamane. Le vertige le reprenait avec ce geste. Sa main vacilla, l'autre, il la porta à ses yeux comme si le voile l'aveuglait et puis finalement, il tomba dans les pommes. C'en était trop pour lui. Le petit ver noir, lui, semblait se tortiller de joie dans son bocal improvisé devant la défaillance de son geôlier.
______________________
Moi aussi je suis un sorcier^^
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Il était une fois
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2008
Messages: 50
Rôle: Narrateur

MessagePosté le: Mar 5 Avr - 16:36 (2011)    Sujet du message: [Brodeurs] Coup de Pied et Grosse Baffe II Répondre en citant

Le bocal vacilla des mains du garçon et tomba comme au ralenti avant de se briser au sol. Le chamane se précipita et rattrapa l'enfant sous les bras avant de hurler : " - Rattrapez le ver ! Rattrapez-le !" Alors Faust ferma les yeux...

Ce qu'il se passa ensuite fut une folle poursuite de quadrupèdes énormes qui se bousculaient, se marchaient dessus et puis finalement la lourde patte de l'un d'eux qui s'écrasait sur le petit ver qui semblait se tordre de rire. Quand le lycanthrope releva la patte, des fils noirs collés au sol suivirent son mouvement et tout en reprenant forme humaine, il fit un grimace de dégout.

On récupéra ce qu'on put. Le garçon fut porté à coté du garou blessé, empoisonné par sa morsure dans la créature des limbes et grâce aux restes du ver écrasé, le chamane procéda à un rituel de purification. Sans le ver, le garou allongé serait mort. Tout comme Faust arrivé à la limite de ce qu'il pouvait supporter de la souillure sur sa tête. Une fois purifié, il ne lui restait que le cuir chevelu, desséché, collé à un os fragilisé et maigre. Tonsure dangereuse. Son compagnon de convalescence fut porté chez lui, toujours inconscient, tandis que Faust recevait en plus un beau turban immaculé et, lui aussi, fut plongé dans un hamac de la cave de Nelig...

______________________
...il y a fort longtemps, c'était hier...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Faust Mordread
enfant/adolescent

Hors ligne

Inscrit le: 12 Déc 2008
Messages: 45
Rôle: disciple de Nelig
Masculin
Âge: 12 ans
Focus: Merisier, cheveu d'ange
FICHE: URL

MessagePosté le: Sam 9 Avr - 13:24 (2011)    Sujet du message: [Brodeurs] Coup de Pied et Grosse Baffe II Répondre en citant

[Je continue LA ]
______________________
Moi aussi je suis un sorcier^^
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 18:17 (2017)    Sujet du message: [Brodeurs] Coup de Pied et Grosse Baffe II

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Angoulême Sorcier Index du Forum -> Rue du Hâ -> L'Hôtel de Ville Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Modified by M.Minchin Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com