Angoulême Sorcier Index du Forum
Angoulême Sorcier
Forum rpg contemporain et fantastique.
 
Angoulême Sorcier Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: Des activités quotidiennes... ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Angoulême Sorcier Index du Forum -> Rue du Hâ -> La Librairie des Lumières
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Strugg McNoor
Adulte

Hors ligne

Inscrit le: 29 Aoû 2010
Messages: 30
Rôle: Libraire
Féminin
Âge: 31
FICHE: URL

MessagePosté le: Ven 3 Déc - 23:16 (2010)    Sujet du message: Des activités quotidiennes... Répondre en citant

.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
Une journée de plus commençait pour la jeune libraire, samedi 4 décembre. Des épisodes de neige ont été notés partout en France depuis quelques semaines... Elle a d'ailleurs lu quelques articles à ce sujet, selon lesquels une baisse de l'activité de notre chère étoile nous amènerait une micro période glaciaire... Mais le jour - ou du moins la fin de la nuit, le soleil étant encore endormi - ne laissait pas la place à des réflexions sur la physique d'une entité située à des kilomètres de là. Non, aujourd'hui, c'est samedi. Le jour des commerçants en somme. Comme approchent les fêtes de Noël, c'est le moment ou jamais de faire un peu de chiffre; ce ne serait pas un mal pour Strugg.

Il est 5h00, Strugg ouvre les yeux au doux son de... à vrai dire, à la voix éraillée d'un politicien qui se défend une fois de plus d'accusations 'non-fondées' sous les rafales incessantes d'un journaliste émérite. Un coup sur le réveil, la radio s'arrête, le silence revient enfin. Premier geste matinal, les lunettes. Non pas qu'elle ait besoin de les porter en permanence, mais les avoir sous la main peut être utile - un bouquin pouvant se présenter sous ses yeux à tout moment! Le magasin ne sera ouvert que dans deux heures... Le regard de la jeune femme balaye la chambre : le constat est affligeant et pourtant habituel, on dirait que le Chaos lui-même s'est installé ici. Un passage par la douche, deux couches de vêtements, un thé accompagné de pâtes froides de la veille plus tard, la voilà qui descend à la cave.

Il est 5h45, l'entrainement journalier peut commencer. Tout d'abord, il s'agit de se concentrer afin de mobiliser ses pouvoirs. D'abord sur un des livres qui flotte au plafond... le faire descendre, monter, descendre... et remonter pour regagner sa place. Puis, avec plusieurs livres à la fois, dans un même mouvement. Enfin, plusieurs livres à la fois, avec chacun un rythme différent - c'est là que la libraire atteint ses limites : à partir de sept ouvrages, le huitième se retrouve collé au plafond sans le vouloir, s'en suit une perte de contrôle généralisée, tous les ouvrages se collant instantanément au plafond. Cette routine se répète tous les matins, avec cependant des progrès notables : le dernier en date tient plus de la découverte que de la performance cependant. Alors qu'elle se trouvait dans le grenier pour vérifier l'isolation d'une demeure qui semblait évacuer la chaleur plus vite qu'elle ne pouvait en produire, Strugg découvrit un petit trou dans le toit par lequel la neige rentrait. La jeune femme en profita pour faire une petite expérience : faire flotter le maximum de flocons au dessus de ce petit trou. C'est après quelques secondes qu'elle réalisa que son pouvoir était effectif dans son chant de vision uniquement! Mais étant donné la légèreté d'un flocon, un simple regard était suffisant pour le faire flotter. Ce constat était révélateur d'une question qu'elle s'était souvent posée : si elle est capable de sentir la gravité dans les entités qui l'entourent, pourrait-elle ressentir ces entités au travers de la gravité qu'elle perçoit, sans même les regarder? La réponse, avec ces flocons, semblait être non. Alors elle se testa, les yeux bandés, dans sa cuisine, pour essayer de ressentir la gravité d'un objet alentour. Il ne lui fallut pas moins de cinq jours pour enfin 'sentir' le frigo, qu'elle colla au plafond sans pouvoir le contrôler - il est inutile de mentionner le fait que le frigo s'est bien évidemment ouvert lors de son ascension, déversant son auguste contenu dans la cuisine, avec pertes et fracas. La réponse devint alors évidente : la vue de la jeune libraire offrait une prise en main aisée des entités à faible gravité, mais son esprit pouvait néanmoins sentir les entités à forte gravité!

6h50, il est temps d'aller ouvrir la boutique. Une remontée rapide à l'étage sorcier pour déverrouiller la porte et elle descend illico à l'étage non-sorcier, déverrouille la porte et s'installe derrière son bureau, où elle reprend sa lecture, ses lunettes délicatement posées sur son nez. L'objet du livre? Les focus. Car Strugg espérait toujours trouver un focus qui lui permettrait de mieux maitriser ses pouvoirs... et un peu de renseignements ne pouvait pas faire de mal. Même du bien, c'était le quatrième livre sur le sujet qu'elle dévorait.
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Ven 3 Déc - 23:16 (2010)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Il était une fois
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2008
Messages: 50
Rôle: Narrateur

MessagePosté le: Jeu 9 Déc - 22:09 (2010)    Sujet du message: Des activités quotidiennes... Répondre en citant

(hj : désolé pour le temps d'attente... J'ai été un peu occupé ^^' )

Le livre qu'elle tenait en main proposait une théorie en revanche que les autres livres ne proposaient pas. Une théorie selon laquelle un focus pouvait être absolument inefficace, inutile en lui-même sans un travail approfondis du mage.

En effet, il y avait deux possibles : Ou on transmettait un focus de maître à disciple avec la bénédiction du maître qui tenait comme parole d'évangile dans les oreilles du disciple et le focus devenait presque indispensable à la pratique de l'Art,

Ou le mage cherchait délibérément à concentrer ses dons dans un focus élaboré selon ses voeux, trouvé ou acheté et dans ce cas il fallait procéder à l'élaboration de son paradigme, mot savant pour signifier les règles à établir, les limites et les dons du focus.

Mais dans les deux cas, un focus restait malgré tout un "objet" comme un autre.

L'important cependant était que cet "objet", à travailler ou non, devait "parler" à son mage. Il devait symboliser sa puissance, d'où l'utilisation fréquente de foci phalliques tels que les baguettes ou les atamés (poignards de cérémonie) et son utilisation, sa volonté.

Un focus pouvait être extrêmement complexe, se composant d'un autel symbolisant le monde, de symboles précis symbolisant protection et action et divers objets, gestes, incantations à manipuler dans un ordre précis symbolisant la volonté de leur mage.

Ou au contraire quelque chose de très simple qui s'appliquerait à concentrer uniquement sa volonté sur un point et éviterait qu'elle ne s'éparpille tel la loupe qui concentre les rayons du soleil jusqu'à mettre le feu là où ces mêmes rayons, sans loupe n'auraient fait que réchauffer.

Le secret, il est dans l'Art lui-même : Croire. Un focus est important dans la pratique car il oblige le mage à croire plus intensément en un seul point : Son focus.

C'est aussi pourquoi le choix du focus est si important. Il faut que l'on puisse croire à sa puissance, son efficacité au plus haut niveau possible, même si pour cela, le focus doit devenir en même temps un handicap puisque la croyance placée en lui signifiait en même temps que la magie et impossible sans lui...

Le livre continuait sur des détails et des conseils qui ne faisaient que reprendre plus en détail ceux décrits au dessus...

______________________
...il y a fort longtemps, c'était hier...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Strugg McNoor
Adulte

Hors ligne

Inscrit le: 29 Aoû 2010
Messages: 30
Rôle: Libraire
Féminin
Âge: 31
FICHE: URL

MessagePosté le: Mer 29 Déc - 19:12 (2010)    Sujet du message: Des activités quotidiennes... Répondre en citant

Douze coups sont sonnés à la Cathédrale Saint Pierre d’Angoulême. Un bruit feutré caractéristique fait office de treizième coup, c’est celui de la fermeture du livre, achevé dans la foulée. Qu’en retirer ? Strugg restait dubitative après cette lecture sans précédent. Aucun des points abordés et détaillés dans cet ouvrage n’avaient été ne serait-ce qu’effleurés dans toute la bibliographie qu’elle possédait sur le sujet. Elle hésitait entre propos éloquents ou élucubrations peu renseignées en totale opposition à l’empirisme qui avait si souvent fait foi en matière de magie. Mais l’heure n’était pas à la réflexion, il fallait fermer le magasin et profiter de cette demi-heure pour se restaurer.
L’après-midi débute toujours par le passage du facteur, qui apporte son lot de courriers tous plus… déplaisants les uns que les autres : rupture de stock pour tel ouvrage commandé il y a déjà un mois, retard de payement par un client ayant fait un chèque en bois, et autres petites facéties financières délivrées par voie postale. Et dans le lot de publicités qui se trouvent dans cette boîte où figure un très clair ‘PAS DE PUB’, un tatoueur fait vent de ses qualités. On dit souvent que les meilleures idées naissent d’inattendus concours de circonstance. C’en était un. Se ruant à l’étage sorcier pour ouvrir la boutique et redescendre au plus vite à l’étage non-sorcier, elle feuilleta le livre avec fébrilité. Ayant retrouvé le passage qui l’intéressait particulièrement maintenant, elle le relut avec attention, en s’arrêtant sur une phrase :

…quelque chose de très simple qui s'appliquerait à concentrer uniquement sa volonté sur un point et éviterait qu'elle ne s'éparpille tel la loupe qui concentre les rayons du soleil jusqu'à mettre le feu là où ces mêmes rayons, sans loupe n'auraient fait que réchauffer.

La solution semblait à présent limpide : tout consistait à trouver ‘quelque chose’ qui concentrerait son attention… Le problème d’un objet, c’est que l’on peut le détruire ou l’oublier. Un rituel, quant à lui, est fastidieux à mettre en place. Non, il fallait quelque chose de rapide et efficace, quelque chose qui ne pouvait pas être séparé de sa personne. Le problème était complexe, mais Strugg venait de trouver l’idée. Oui, c’était son idée, bien que cela ait surement déjà été exploité bien avant. Le tatouage. Objet de concentration, qui par sa simple présence sur son corps pouvait assurer son rôle de focus, sans même avoir à le regarder. Il suffisait de se le représenter mentalement, pour mobiliser sa magie de façon concentrée… Strugg était toute en ébullition, de penser qu’elle avait enfin mis le doigt sur quelque chose qui lui permettrait peut-être d’améliorer sa maîtrise de la gravité. Téléphonant directement au tatoueur pour prendre rendez-vous, elle l’attendrait donc en fin de journée chez elle après la fermeture de la librairie pour discuter des modalités de l’opération.
Revenir en haut
Il était une fois
Modérateur

Hors ligne

Inscrit le: 15 Déc 2008
Messages: 50
Rôle: Narrateur

MessagePosté le: Lun 17 Jan - 19:26 (2011)    Sujet du message: Des activités quotidiennes... Répondre en citant

Un peu en retard, comme à son habitude, Freddy Marchoni le tatoueur se présenta devant la boutique de la libraire, du coté non-croyants puisque lui même distribuait des publicités du coté non-croyants et rien ne lui laissais supposer que son oeuvre pourrait supporter l'exercice de la Magie...

Il tira le carillon et tout en regardant par dessus son épaules les environs, il attendit qu'on veuille bien lui ouvrir. Freddy n'était pas un "original" mais il avait tout de même un certain style : Gilet de cuir sur un t-shirt blanc et jeans fini par de bonnes grosses boots noires, un piercing dans l'aile du nez et un autre au coin du sourcil, il était "poilu" de par ses cheveux noirs en bataille et la barbe courte mais hirsute qu'il arborait.

Agé d'une quarantaine d'années, il portait admirablement la bedaine autant que la quarantaine bien écumée, et un volumineux sac de sport gris rempli de matériel de tatouage.

Il ignorait tout de ce qu'on attendait de lui, mais avait fait du tatouage à domicile sa petite entreprise, remarquant que les gens étaient beaucoup plus détendus chez eux...

Dès son entrée et les salutations d'usages passées, il présentait toujours en premier un catalogue de dessins personnels qui allaient de la toute petite rose au grand dragon parcourant la moitié du corps. Ses premières questions étaient aussi dans le but de sonder son client : Avait il bien conscience du caractère permanent d'un tatouage ? Connaissait il les risques encourus ? Bien que Freddy respecte à la lettre les instructions de stérilisation et d'hygiène, ces risques existaient cependant : Intolérance au produit, infection ou maladie nosocomiales... (hj : pardon si je me plante ^^') Il prenait toutes les précautions possibles et il n'avait encore jamais eu de soucis mais tenait à bien prévenir les gens.

Et puis il abordait ensuite le lieu où faire le tatouage. Tout était possible, mais là aussi, il fallait prévenir les inconscients qu'un tatouage sur le visage pouvait être impardonnable dans certaines carrières par exemple...

Enfin, il fallait choisir le tatouage et il lui arrivait alors souvent de devoir repartir en laissant le catalogue pour ne revenir que lorsque celui ci était choisi... La routine quoi... Et dès que Strugg apparut et qu'il l'eut salué, il la suivit à la lettre...

______________________
...il y a fort longtemps, c'était hier...
Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 08:28 (2017)    Sujet du message: Des activités quotidiennes...

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Angoulême Sorcier Index du Forum -> Rue du Hâ -> La Librairie des Lumières Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | créer son forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Modified by M.Minchin Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com